•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le camp espagnol de l’Atlético d’Ottawa

Un terrain de soccer avec un ballon à l'avant-plan et les joueurs derrière.

L'Atlético d'Ottawa à l'entraînement à Madrid, en Espagne

Photo : Fernando López

Le camp d’entraînement de l’Atlético d’Ottawa a commencé cette semaine en Espagne, dans les installations de l’Atlético de Madrid. Le club y passera au moins trois semaines pour préparer la deuxième saison de son histoire.

Il y a des pros qu'on regarde à la télévision, chaque jour, qu'on admire, qui jouent dans ces installations-là, qui se pratiquent, qui font le même sport que nous. C'est assez inspirant, c'est assez motivant, raconte Antoine Coupland.

Le Gatinois fait partie de la dizaine d’athlètes officiellement sous contrat jusqu’à maintenant. Toutefois, entre 16 et 20 joueurs ont fait le voyage en Europe pour le camp. Le processus de sélection a été plus méticuleux et détaillé que l’an dernier, alors que la formation avait été assemblée en un mois.

Cette année, nous avons eu une plus longue période pour évaluer les joueurs, s'asseoir avec l'entraîneur pour déterminer ses besoins et les positions qu'il voulait améliorer, explique le président-directeur général de l’Atlético, Fernando López, qui promet un club excitant pour les partisans.

Ce dernier sait qu’il devra faire preuve de flexibilité pendant la présaison, puisque le calendrier de la Première ligue canadienne de soccer (CPL) n’a pas encore été annoncé, bien que López indique que la fête de la Reine semble être l’objectif pour le moment.

Je suis persuadé que nous allons jouer 28 parties. Le seul doute que j'ai, c'est de savoir si nous aurons des partisans dès le début, soutient le dirigeant, qui a dû prévoir les restrictions imposées aux voyageurs dans son plan de camp d’entraînement, afin que ses joueurs puissent être au sommet de leur forme pour le début de la saison.

Il espère toutefois que ses athlètes bénéficieront des mêmes privilèges que ceux de la Ligue nationale de hockey (LNH) qui arrivent au Canada et qui doivent se soumettre à une quarantaine de 7 jours, plutôt que 14.

Il y a de l’incertitude, on ne sait pas comment va se dérouler la quarantaine, si ça va être dans un hôtel. C’est beaucoup d’inconnu, mais on laisse ça aux dirigeants, poursuit Coupland.

Lui et ses coéquipiers pourraient compter sur la présence de quelques joueurs de l’Atlético de Madrid pendant des séances d’entraînement en Espagne.

Il n'y a pas d'autres meilleures manières d'apprendre la façon de l'Atlético ou, comme on dit en anglais, "The Atletico way" , explique l’adolescent de 18 ans.

Fidèle à son habitude, il sera le plus jeune de la formation encore une fois cette année, mais il a pris du coffre au cours de la saison morte. Coupland a ajouté quelques centimètres à sa carrure pour atteindre 1 m 75.

Ça va être important de sortir de ma zone de confort, de m’établir en tant que joueur, d’avoir plus de minutes pour pouvoir faire ma marque et montrer à tout le monde ce que je suis capable de faire, a-t-il établi comme objectif pour son année 2021.

Avec les informations de Jonathan Jobin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !