•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manoir Liverpool vendu

Le devant du Manoir Liverpool, à Lévis

Le Manoir Liverpool, à Lévis

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada a appris que le Manoir Liverpool de Lévis, plongé dans la tourmente depuis un an, a finalement un nouveau propriétaire. Tout indique que son acquéreur est le Groupe Ébèn qui possède déjà dix autres résidences pour aînés dans la province, dont la majorité est située dans la grande région de Québec.

Les anciens propriétaires, Manon Belleau et Claude Talbot, tentaient de vendre le Manoir Liverpool depuis plusieurs mois. Rappelons qu'en février, un rapport d’enquête du CISSS de Chaudière-Appalaches confirmait ce qu’un reportage de Radio-Canada a dévoilé il y a près d’un an, soit que des situations de maltraitance et d’insalubrité prévalaient depuis plusieurs années.

Un contrat de gré à gré a été conclu au cours des derniers jours entre le CISSS de Chaudière-Appalaches et le Groupe Ébèn pour 62 places en ressource intermédiaire (RI) à Lévis.

La vingtaine de résidents qui occupent toujours ces places réservées aux personnes semi-autonomes ne seront donc pas forcés de déménager. Dans les documents publics consultés par Radio-Canada, le CISSS invoque différents motifs pour justifier sa décision de ne pas aller en appel d’offres et d’opter plutôt pour un contrat de gré à gré.

L’appel d’offres public exigerait le déplacement d’une clientèle vulnérable déjà hébergée au lieu d'exploitation identifié au contrat , peut-on lire entre autres.

Nous avons tenté de joindre le président du groupe Ébèn, Louis-Philippe Beaudoin, mais ce dernier n’a pas donné suite à nos demandes. L’entrepreneur de Québec ferait aussi affaires aux États-Unis. Selon le site web du groupe Ébèn, il a fait l’acquisition d’une première résidence pour aînés à Kamouraska en 2009.

Les vendeurs, Manon Belleau et Claude Talbot, ont quant à eux décliné notre demande d’entrevue et ont refusé de commenter les informations de Radio-Canada.

Rencontre d'employés

Également invité à commenter, le CISSS de Chaudière-Appalaches répond par courriel qu’il est en démarche concrète en ce moment, afin d'assurer la continuité des usagers dans le milieu et précise que les conclusions de ces démarches seront connues au cours de la semaine prochaine.

 Pour l’instant, les résidents sur place au Manoir Liverpool, sont maintenus dans ce milieu , ajoute le CISSS.

Des proches de résidents et certains employés, qui ne veulent pas être identifiés, indiquent que la rumeur de la vente s’est intensifiée au cours des derniers jours.

Une rencontre avec les employés qui était d’ailleurs prévue jeudi dernier, le 1er avril, a été reportée à la semaine prochaine. Veuillez prendre note que la réunion d’information prévue jeudi sera remise dans la semaine du 5 avril, possiblement mardi le 6 ou mercredi le 7 , lit-on dans un message transmis aux employés.

Quelques-uns d’entre eux nous ont confié avoir remarqué qu’il semblait y avoir un vent de changement dans la résidence depuis une semaine et qu’ils ont été invités à suivre certaines formations.

Enquêtes en cours

La vente de la résidence ne signifie toutefois pas la fin de cette histoire.

Le ministère de la Santé a déclenché une enquête indépendante afin de comprendre pourquoi le CISSS de Chaudière-Appalaches n’était pas au courant de la situation. Ces conclusions sont toujours attendues.

Par ailleurs, les audiences de l’enquête publique du coroner, qui se pencheront sur les décès survenus dans cette résidence lors du printemps dernier, se tiendront du 12 au 16 avril au palais de justice de Québec.

Avec la collaboration de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !