•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’intervieweur interviewé : Jean-Philippe Wauthier et le retour de Bonsoir bonsoir!

L'homme porte un veston beige et pose devant un mur rouge à motifs de fleurs et de poissons.

Dès lundi, Jean-Philippe Wauthier animera « Bonsoir bonsoir! » pour une quatrième année consécutive.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir entamé la troisième saison de Bonsoir bonsoir! peu après le début de la pandémie de COVID-19 l’an dernier, Jean-Philippe Wauthier et son équipe retrouveront leur public pour une quatrième saison dès lundi, à peu près dans les mêmes conditions qu’au printemps 2020, mais cette fois-ci, avec une plus grande préparation.

L’animateur du talk-show estival s’est entretenu avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle au 15-18, à l’approche du marathon de télévision qu’il s’apprête à faire. Dans quel état d’esprit aborde-t-il cette nouvelle saison?

Je ne ferai pas semblant : j’aurais aimé qu’on se retrouve ailleurs après un an. On a commencé l’année passée pendant la pandémie, et je ne te cacherai pas que j’aurais souhaité ne pas recommencer [dans les mêmes conditions]. C’est correct, on va faire avec, mais j’avoue que je m’en serais passé, avoue d'emblée Jean-Philippe Wauthier.

Mais [j’ai un] super bon état d’esprit, parce qu’on est rodés. On sait comment ça fonctionne, parce qu’on sait comment faire un bon show en pandémie. [...] L’année passée, on s’était préparés pendant 24 heures, je pense, alors cette année, c’est du luxe, ça fait des semaines qu’on est là-dessus.

L’éléphant dans la pièce

À Bonsoir bonsoir!, Jean-Philippe Wauthier aime prendre des nouvelles des personnes invitées sur son plateau. Mais que faire quand tout le monde vit la même chose, et que les nouvelles en général sont plutôt mauvaises? Même si un ras-le-bol généralisé se fait sentir par rapport à la pandémie, peut-on éviter d’en parler?

C’est un débat à l’interne [...], mais j’ai l’impression qu’on la partage tous, cette pandémie-là. Comme on la partage et on la vit, c’est difficile de passer à côté. [L’objectif], c’est d’être capable de faire la balance entre les deux. Dans l’équipe, si on pouvait ne jamais parler de ça, ça rendrait bien des gens heureux, mais il y en a d’autres qui disent "Écoute, ça arrive", explique-t-il.

Moi, je fais partie de la gang qui pense que ce show-là a fonctionné parce qu’on a partagé ensemble des moments de vie. [...] On va parler de plein d’autres affaires, mais ça va être difficile de faire semblant que ça n’existe pas.

Il espère toutefois que la conversation va évoluer et s’ouvrir vers autre chose, idéalement au même rythme que la levée des restrictions et des mesures sanitaires.

On repart dans un confinement, et j’ai l’impression que, pour faire une métaphore un peu boiteuse, telle une fleur, ça va tranquillement s’ouvrir d’ici la fin de la saison. On va vivre une renaissance ensemble.

La quatrième saison de Bonsoir bonsoir! débute lundi, à 21 h, sur les ondes d’ICI TÉLÉ. Pour la première émission, Jean-Philippe reçoit Martin Matte, Paul Houde, Rita Baga, Pilou, Fanny Bloom et plusieurs autres.

Alexandre Barrette, Simon Boulerice, Sam Breton, Jean-Sébastien Girard, Élise Guilbault, Paul Houde et Mariana Mazza sont les collaborateurs et collaboratrices de retour cette saison. S’ajoutent à la liste Sonia Benezra, Catherine Ethier, Virginie Fortin, David Goudreault, Louise Latraverse et Pierre-Yves Roy-Desmarais. Serge Denoncourt pourrait même parfois veiller jusqu’au milieu de la nuit pour un clin d’œil en direct d’Europe.

Avec les informations de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle au 15-18.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !