•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des panneaux solaires visent à remplacer le diésel dans une école autochtone

Le bâtiment de l'école Aatse Davie avec des montagnes en arrière-plan.

L'école Aatse Davie aura des fonds pour s'alimenter en énergie solaire.

Photo : École Aatse Davie/Facebook

Radio-Canada

Des fonds provinciaux ont été accordés à une école de la Première Nation de Kwadacha dans le nord de la Colombie-Britannique afin d’installer des panneaux solaires qui lui permettront de moins dépendre de générateurs à base de combustibles fossiles pour produire son électricité.

L’initiative du gouvernement Énergies renouvelables pour les collectivités éloignées fait partie du programme CleanBC qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025.

L’École Aatse Davie, qui recevra 486 000 $, instruit des élèves de la maternelle à la 12e année à Fort Ware, à environ 580 km au nord de Prince George.

D’après une conseillère de bande et enseignante en langues, Angela Hocken, les panneaux solaires de 100 kilowattheures donneront à l’école un moyen d’économiser 12 000 $ par an, notamment en réduisant l’usage de générateurs alimentés au diesel et au propane.

Le projet permet aussi aux élèves de vérifier combien d’énergie est produite par l’école. [Cela] permettra aussi aux élèves de renforcer leur compréhension en efficacité énergétique et d’appuyer l’idéologie autochtone du besoin de protéger la Terre-Mère , dit Mme Hocken.

Elle ne sait pas quand seront installés les panneaux solaires, mais elle espère qu’ils pourront produire de l’électricité dès la prochaine rentrée scolaire. Le chef de la Première Nation de Kwadacha, Darryl McCook, estime que si le projet fonctionne, il envisage d’utiliser des panneaux solaires dans le reste de la communauté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !