•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pêcheurs de crabe prennent la mer dans la Péninsule acadienne

Quatre bateaux de pêche sur l'eau, la nuit.

Début de la pêche au crabe à Shippagan, au Nouveau-Brunswick, le 3 avril 2021.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Dans le sud du golfe du Saint-Laurent, la saison de pêche au crabe est officiellement lancée depuis minuit, dans la nuit de vendredi à samedi.

Dans la Péninsule acadienne, les crabiers ont pris la mer pour la nouvelle saison, qui commence plus tôt cette année.

Cette année, Pêches et Océans Canada a modifié le protocole d’ouverture de saison afin de permettre aux bateaux de pêche du Nouveau-Brunswick, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine de partir avant l’entrée dans le golfe des premières baleines noires.

L'an dernier, des zones devaient être fermées à la pêche lorsqu'on décelait la présence d'une baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition.

Un quota qui a diminué

Les taux autorisés de captures de crabe des neiges ont aussi été revus à la baisse par Pêches et Océans Canada, qui juge avoir surévalué de 10 à 30 % la biomasse disponible dans les deux années précédentes.

Dans la zone 12, le quota s'élève à 21 128 tonnes cette saison, une diminution d'environ 26 % comparativement à l'an passé.

Un bateau de pêche à quai, la nuit, prêt à voguer sur les flots bleus.

Début de la pêche au crabe à Shippagan, au Nouveau-Brunswick, le 3 avril 2021.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

En 2020, 11 % du quota autorisé n'a pu être pêché. La valeur des crabes restés dans l’eau se situerait entre 40 et 50 millions de dollars.

Le prix du crabe canadien est resté stable, malgré les répercussions économiques de la pandémie qui sévit depuis un an. Environ 85 % des prises ont été vendues au détail, ce qui a compensé la diminution des ventes aux restaurants et casinos des États-Unis.

La pêche, une affaire de famille

Renald Guignard sur le quai devant un bateau.

Renald Guignard, rencontré dans la nuit de vendredi à samedi.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

À Shippagan, au Nouveau-Brunswick, la fébrilité était palpable malgré le temps froid et la présence de glaces par endroits, dans la nuit de vendredi à samedi.

La pêche au crabe est encore souvent une histoire famille dans la Péninsule acadienne.

Mon père était pêcheur. Moi, je suis pêcheur. C'est mon fils qui prend la relève et il a son fils avec lui. C'est une continuité, raconte le capitaine du Mathieu Marie-Pier, Renald Guignard.

Preuve additionnelle : la présence sur le quai, au beau milieu de la nuit, de plusieurs proches des pêcheurs.

Ç'a toujours été de même. Ma famille me suit. Si je sors à la pêche, ils viennent me mener au bord du bateau. Puis des fois, ils oublient de venir me chercher, plaisante Renald Guignard.

C'est ma 61e année, cette année. Je ne suis pas capable de ne pas y aller pour la première trip, parce que je vais m'ennuyer, lance-t-il.

Avec les renseignements d’Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !