•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur la sellette, Pékin présente une vision enchanteresse du Xinjiang

Des travailleurs chinois marchent le long d'une haute clôture ponctuée de mirador.

Des travailleurs marchent autour du périmètre clôturé de ce qui est officiellement connu comme un centre de formation professionnelle à Dabancheng, dans le Xinjiang, en Chine.

Photo : Reuters / Thomas Peter

Agence France-Presse

Danses folkloriques, tenues traditionnelles et paysages bucoliques : en pleine confrontation avec les Occidentaux au sujet des musulmans ouïghours, la Chine riposte à domicile avec notamment... une comédie musicale montrant une vision enchanteresse du Xinjiang.

Pékin et plusieurs capitales occidentales sont à cran depuis l'imposition la semaine dernière par l'Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada et les États unis de sanctions contre des dirigeants passés ou actuels du Xinjiang pour violation des droits de l'Homme dans cette région autonome du nord-ouest du pays.

Face aux accusations occidentales, Pékin s'est lancé dans une contre-attaque médiatique.

Une carte postale

La comédie musicale The Wings of Songs (Les ailes des chants), sortie dimanche en Chine et présentée comme une carte postale de la vie au Xinjiang, ne laisse apparaître aucune image controversée.

Dans ce film tourné façon Bollywood, point de caméras de surveillance ou de portiques de sécurité, pourtant légion au Xinjiang, ni de forces de l'ordre équipées de boucliers antiémeute.

Depuis quelques années, Pékin impose à la région une surveillance policière draconienne après des attentats visant des civils, attribués à des séparatistes ou des islamistes ouïghours.

Aucune référence à l'islam non plus : ni mosquée ni femme voilée à l'horizon, alors que plus de la moitié de la population est de religion musulmane.

Dans une scène, l'un des personnages principaux, un Ouïghour bien rasé, trinque une bière à la main, sans égard pour l'interdit de l'alcool par l'islam.

Le film, en revanche, met l'accent sur la bonne entente entre les Hans (majoritaires en Chine) et les différentes minorités ethniques du Xinjiang (ouïghour, mais aussi kazakh, kirghiz ou tadjik).

Ces dernières sont montrées en tenues traditionnelles et certaines se livrent à des danses folkloriques. Les images, tournées au milieu de paysages naturels époustouflants (canyons, prairies, lacs, montagnes enneigées), sont très colorées.

J'ai été au Xinjiang et le film est très réaliste. [... ] J'ai de nombreux amis ouïghours et j'ai logé chez eux, indique à l'AFP un spectateur qui n'a pas souhaité donner son nom.

Au Xinjiang, les gens sont heureux, libres et ouverts, assure-t-il, réfutant toute allégation de travail forcé.

Sur fond de nationalisme, plusieurs marques étrangères qui s'étaient engagées l'an dernier à ne plus s'approvisionner en coton du Xinjiang en raison de soupçons de travail forcé font l'objet d'un boycott en Chine depuis la semaine dernière - en particulier le géant suédois du prêt-à-porter H&M.

Récolter du coton est une tradition dans la région qui permet aux habitants de gagner de l'argent, précise le spectateur d'une quarantaine d'années.

Un clip de rap au ton résolument nationaliste est également devenu viral ces derniers jours. Relayé par les médias, il fustige les mensonges des colons occidentaux sur le coton du Xinjiang.

De son côté, la télévision nationale multiplie reportages et témoignages sur l'automatisation de la récolte du coton au Xinjiang, réfutant les accusations de travail forcé.

Les réseaux sociaux sont inondés de vidéos censées montrer le vrai Xinjiang mettant l'accent sur la beauté des paysages, à grand renfort d'images de drone.

Et une exposition photo à Pékin immortalise des tranches de vie au Xinjiang, où la population est montrée heureuse et souriante.

Tout comme le film, l'événement ne suscite la curiosité que d'une poignée de visiteurs.

Certains clichés vantent les progrès réalisés dans la région, longtemps isolée géographiquement et tenue à l'écart du développement fulgurant du reste de la Chine.

Des centres de formation professionnelle

Des camps d’internement où des citoyens ordinaires sont privés de leur liberté et reprogrammés pour éliminer toute trace de leur ethnicité.

Les autorités chinoises surveillent les Ouïgours grâce à des technologies orwelliennes.

Photo : Compte WeChat de l'Administration judiciaire du Xinjiang

Le développement du Xinjiang est le principal argument sur lequel Pékin insiste lorsqu'il évoque sa politique dans la région. La question de l'emploi est également un thème récurrent.

Accusée par des organisations de défense de droits de l'Homme de détenir plus d'un million de personnes dans des camps, la Chine répond qu'il s'agit de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi et ainsi l'éloigner de l'extrémisme religieux.

Les médias étrangers ne peuvent travailler en toute indépendance au Xinjiang. Les journalistes y sont régulièrement suivis et peuvent faire l'objet d'intimidations pour leurs reportages.

Donner une image élogieuse du Xinjiang est un classique de la propagande du Parti communiste (PCC) au pouvoir, estime Larry Ong, du cabinet SinoInsider, basé aux États-Unis.

Le PCC sait qu'un ''mensonge répété mille fois devient une vérité'', relève-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !