•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Troisième vague de COVID-19 en vue au Manitoba, disent des experts

Une infirmière vaccine une personne que l'on voit de dos dans le bras gauche.

Pour les experts, la vaccination reste l'arme absolue pour empêcher le coronavirus de faire plus de ravages au Manitoba et ailleurs dans le monde.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Ce n’est qu’une question de temps avant que ce qui se passe ailleurs dans le pays ne se produise également dans la province. Le Manitoba connaîtrait alors sa troisième vague de la pandémie.

Le Dr Philippe Lagacé-Wiens aimerait se tromper. Mais ce microbiologiste et médecin à l'Hôpital Saint-Boniface pense que les contaminations par le coronavirus vont grimper en flèche dans les semaines à venir, caractéristique typique d’une troisième vague de COVID-19. Preuve en est, dit-il, ce qui est observé dans d’autres provinces.

Nous assistons à une propagation très rapide du variant britannique en Saskatchewan, qui est juste à côté du Manitoba. En Ontario, ils sont indéniablement au cœur ou au début d’une troisième vague, déclare le Dr Lagacé-Wiens.

Cette semaine, de nouvelles restrictions plus strictes ont été prises en Colombie-Britannique, en Ontario, en Saskatchewan et au Québec. Elles ont pour but de freiner les envolées de cas de COVID-19 qui frappent ces provinces. Des envolées imputables aux variants du coronavirus reconnus pour être plus contagieux.

Moins de morts et moins d'hospitalisations

Ce rebond de la pandémie en contrées manitobaines, le Dr Philippe Lagacé-Wiens croit qu’il touchera surtout les jeunes parce qu’ils ne sont pas encore admissibles à la vaccination. Ils ne seront donc pas immunisés et favoriseront, à leur insu, la transmission du virus. Dans la logique du médecin, la prochaine vague ne devrait pas être aussi grave que les deux premières.

Si nous partons du principe que les personnes les plus à risque de développer une forme grave de la COVID-19 et d’en mourir seront protégées grâce au vaccin, le nombre de décès et celui des hospitalisations vont malgré tout baisser.

Le professeur adjoint et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les virus émergents à l'Université du Manitoba, Jason Kindrachuk, est lui aussi convaincu que les bilans actuels dans les provinces voisines sont un bon indicateur de ce que subiront éventuellement les Manitobains dans un avenir proche.

Nous avons vu en temps réel à quelle vitesse la situation se dégrade.

Une citation de :Jason Kindrachuk, professeur adjoint et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les virus émergents à l'Université du Manitoba

Jeudi, 235 des 270 cas dus à un variant du coronavirus signalés par les responsables de la santé du Manitoba impliquaient le variant britannique. 15 autres cas n'avaient pas encore été classés.

La province a par ailleurs indiqué que dans 24,1 % de ces cas provoqués par un variant, il s’agissait d’une transmission communautaire. C’est-à-dire que l'on ne sait pas comment une personne a été infectée.

Les variants sont là, au Manitoba. Et ils augmentent lentement, constate Jason Kindrachuk.

Le Manitoba peut-il éviter une troisième vague? C’est peu probable, répond-il.

Carlos Farkas est plus optimiste. Ce chercheur à l'Université du Manitoba étudie les variants du coronavirus. Il affirme que si les Manitobains respectent les gestes barrière et que la vaccination s’intensifie, la province peut passer au travers d’un sursaut de la pandémie.

Se voir, oui... mais dehors

Comment savoir si une troisième vague se profile? L’analyse des chiffres quotidiens, notamment le nombre des nouvelles contaminations et l’évolution du taux de positivité des tests de dépistage, sera déterminante, répond le Dr Philippe Lagacé-Wiens.

Il conseille à tout le monde d'éviter les rassemblements, en particulier ceux à l'intérieur. Il ajoute qu’il vaut mieux, en ce moment, toujours fréquenter les mêmes personnes, de préférence à l’extérieur, en gardant ses distances et en portant un masque.

Le Dr Lagacé-Wiens souligne que ce n'est pas parce que les consignes sanitaires actuelles nous permettent de faire quelque chose que nous devons le faire.

Voir à plusieurs reprises les mêmes 10 personnes à l'extérieur est une chose. Voir à plusieurs reprises 10 personnes différentes chaque jour en est une autre.

Avec les informations d'Alana Cole

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !