•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la contestation judiciaire contre le projet de parc riverain à Lachine

Vue aérienne de la marina de Lachine.

La transformation du parc doit être achevée en 2025.

Photo : Radio-Canada

Le projet de transformation de la marina de Lachine en un parc riverain pourra se poursuivre : l'Association des plaisanciers du port de plaisance de Lachine (APPPL) renonce à réclamer une injonction contre la Ville de Montréal, six mois après avoir déposé sa demande. L'organisation promet toutefois « une action politique forte pour faire entendre sa voix ».

Dans des communiqués au ton parfois diamétralement opposé, l'APPPL et la mairie de l'arrondissement de Lachine ont évoqué jeudi la fin de cette contestation judiciaire.

Du côté de l'arrondissement, la mairesse Maja Vodanovic, qui fait partie de Projet Montréal, a dit sur Facebook avoir toujours eu confiance en l'intégrité et la compétence des fonctionnaires de la Ville de Montréal, qui ont travaillé à monter le dossier de la création du parc riverain, grâce auquel nous avons pris nos décisions.

Selon l'APPPL, l'arrêt des démarches juridiques s'explique par la contestation acharnée de la Ville de Montréal sur tous les arguments des plaisanciers.

L'Association dit ainsi ne plus avoir les ressources humaines, matérielles et financières pour poursuivre le combat. Une lutte décrite comme étant « inégale ».

Au moment de déposer la demande d'injonction en Cour supérieure, en octobre dernier, l'APPPL évoquait une décision précipitée, illégale et injustifiée, selon l’association des plaisanciers, qui estime que cet avis de fermeture sans préavis ni consultation cause d’importants préjudices aux plaisanciers.

L’association avance notamment les arguments légaux de délai déraisonnable et d’abus du droit, en dénonçant le refus de la Ville de négocier afin d’en arriver à un compromis dans le but de s'entendre et [...] d'assurer la pérennité de la marina.

Le projet de transformation de la marina a été officiellement annoncé en juillet 2020, mais les plaisanciers soutiennent que la Ville avait pris sa décision dès 2019, et qu'elle a notamment tardé à les en informer, ce qui les a mis devant le fait accompli.

Toujours au dire de l'Association, les plaisanciers qui amarraient leur bateau à la marina doivent maintenant trouver un nouvel emplacement, soit en banlieue, soit en Ontario, ou encore vendre leur embarcation.

La Ville de Montréal, de son côté, évoque le fait que plus que jamais, les Montréalaises et les Montréalais retrouvent et apprécient leurs espaces verts.

Multitude d'activités

Le futur parc, dont la transformation doit être achevée en 2025, permettra la pratique de la voile, du kayak, du canoë, de la planche à rame, de l'aviron et de la pêche, entre autres activités. Une aire de baignade pourrait aussi être aménagée, en fonction de la qualité de l'eau.

Cette conversion constitue un geste concret en matière de transition écologique et s'inscrit dans la stratégie montréalaise de lutte et d'adaptation aux changements climatiques, avait fait valoir le cabinet de la mairesse Valérie Plante, à l'époque.

Après les inondations printanières de 2017 et 2019, les installations de la marina de Lachine avaient été lourdement endommagées, a déclaré Robert Beaudry, responsable du dossier au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Un montant de 16,5 millions de dollars aurait été nécessaire pour maintenir les activités de la marina, avait précisé l'équipe de la mairesse Vodanovic.

Le parc, lui, doit coûter 20 millions de dollars, affirme la Ville. L'APPPL évoque plutôt 25 millions dans son communiqué.

Pour l'arrondissement de Lachine, la prochaine étape consiste à organiser des consultations publiques portant sur la vision finale du parc qui sera réalisé au cours des quatre prochaines années, a précisé la mairesse sur Facebook.

Des activités transitoires doivent aussi être annoncées.

Du côté de l'APPPL, enfin, on estime qu'après l'échec de la contestation juridique, il faut passer en grande vitesse à l'option suivante, soit une action politique forte pour faire entendre sa voix. Le communiqué de l'Association ne contient toutefois aucun détail supplémentaire à ce sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !