•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprendre en participant à la saison des sucres

Des érables situés en bordure de la rue ont été entaillés.

Une vingtaine d'érables ont été entaillés à l'école secondaire Curé-Hébert.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Enseigner l'histoire, l'économie et l'entrepreneuriat en sortant à l'extérieur des classes, c'est l'objectif d'un projet qui s’enracine dans quatre écoles secondaires du Centre de services scolaire du Lac-Saint-Jean, dont l'école Curé-Hébert d'Hébertville. Depuis quelques semaines, les élèves participent à toutes les étapes de la fabrication de sirop d'érable.

Comme bien des activités, la pandémie a forcé la mise sur pause de ce qui a été imaginé l'année dernière. Face au contexte actuel et aux différentes mesures qui y sont associées, les initiateurs du projet de récolte et de transformation de l'eau d'érable ont décidé de le concrétiser.

Une chaudière est accrochée à un érable.

recolte-eau-erable-projet-scolaire

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Le conseiller pédagogique Jean-Philippe Fleury explique que le projet vise à sortir des classes les jeunes qui apprennent dans un contexte teinté par la COVID-19. L’initiative permet, selon lui, de diminuer le niveau de stress.

Il faut faire un lien avec la motivation scolaire. Les élèves ont passé une année qui était assez difficile. Des projets mobilisateurs comme ça, souvent, ça fait juste stimuler l'intérêt vers l'école. Il fallait leur donner le goût de venir à l'école, même s'il y a des mesures en place. Il y a plein de projets comme celui-là, d'entaillage des érables dans les cours d'école et même au centre de service. Il a une vingtaine d'entailles qui ont été faites, affirme-t-il.

Un homme pose devant un érable entaillé.

Le conseiller pédagogique Jean-Philippe Fleury est responsable du projet de récolte d'eau d'érable.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Accompagnés d'une enseignante, les élèves ont entaillé une vingtaine d’érables il y a deux semaines. Depuis, ils quittent leurs classes pour faire la tournée des érables et récolter le liquide qui s’en écoule.

Des élèves entourent une bouteille d'eau d'érable.

Les jeunes de l'école Curé-Hébert récoltent l'eau d'érable de la vingtaine d'arbres entaillés.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Je trouve ça original, ça change de l'habitude. En ébénisterie, on fait des objets en bois, on apprend sur le bois. Mais là, on fait du sirop d'érable. Je ne savais pas comment on faisait ça avant , confie Tom Tremblay. Je trouve que ça change de faire de la matière normale à l'école, du français, des maths et on apprend. On a appris comment faire du sirop d'érable, j'ai trouvé ça intéressant. On n'est pas dans le COVID beaucoup, on est à l'extérieur. C'est plus le fun, ajoute Zachary Guillemette.

Une fois récoltée, l’eau d’érable est transformée dans les cuisines de l’école secondaire. On a fait, la semaine passée, le premier litre de sirop d'érable. Je l'ai donné aux étudiants qui sont en option cuisine. Ils ont pu le cuisiner dans deux recettes. J'ai des élèves qui m'ont demandé si on pouvait en apporter à la maison, et la réponse est oui. Quand ce sera terminé la semaine prochaine ou dans l'autre, je donnerai des petits contenants à ceux qui ont participé et qui veulent en apporter à la maison, mentionne l’enseignante Valérie Bouchard, qui a accepté de collaborer au projet.

Une femme pose devant une école secondaire.

L'enseignante Valérie Bouchard a accepté de participer au projet de récolte d'eau d'érable.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

L'activité scolaire qui s’échelonne sur à peine quelques semaines dépasse les limites de l'école secondaire. Elle rayonne au sein de la municipalité de près de 2500 habitants. Il y a même l'école primaire qui est venue. J'ai vu une classe de maternelle regarder les entailles. L'autre fois, il y a une dame qui m'a dit : "Moi, j'ai vu quand ces érables ont été plantés". Même les gens du quartier autour s'intéressent au projet , indique celle qui enseigne l’univers social et l’ébénisterie à l’école secondaire Curé-Hébert.

La façade d'une école secondaire.

L'école secondaire Curé-Hébert est l'une des quatre à participer au projet de production de sirop d'érable.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

L’ école Jean-Gauthier, le Pavillon Wilbrod-Dufour et l’école secondaire Camille-Lavoie font également partie du projet. La fabrication de sirop d’érable s’inscrit dans différentes initiatives de ces écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !