•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un restaurateur de Thetford Mines « abasourdi » par le retour en zone rouge

Un cuisinier dispose d'appétissants légumes dans une assiette.

Le retour en zone rouge oblige les restaurateurs à fermer leurs portes de nouveau. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Le retour à la zone rouge, dans Chaudière-Appalaches, a frappé de plein fouet le propriétaire du restaurant La Face de bœuf, à Thetford Mines. Stéphane Morin se dit « abasourdi » par cette nouvelle.

Devant la montée rapide des cas de COVID-19, le premier ministre François Legault a annoncé mercredi un retour en zone rouge pour les régions de la Capitale-Nationale, de l'Outaouais, de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent. Les restaurants de ces régions doivent donc refermer leurs portes.

Je vais être très honnête avec vous, l’équipe ne s’attendait pas à ça, parce que les chiffres, les statistiques, rien n’indiquait dans notre coin qu’on était sous le radar, soutient-il.

Après avoir écouté le discours du premier ministre, je me sentais comme quand mon père me chicanait, jeune, et que je ne faisais absolument rien. Que j’étais sur le divan, que je lisais ou dessinais, et qu’il me disait : "Va dans ta chambre". Je me disais : "Qu’est-ce qu’on fait de pas correct?”

Une citation de :Stéphane Morin, propriétaire du restaurant « La Face de bœuf » de Thetford Mines

Il souligne par ailleurs que son restaurant a suivi toutes les consignes sanitaires à la lettre.

Je ne crois pas qu’on était un vecteur de contamination, les salles à manger de Thetford Mines. [...] On est excessivement stricts parce qu’on sait que cela a été difficile de revenir en zone orange et de rouvrir.

Dans une publication Facebook devenue virale, le restaurant a fait part de son exaspération jeudi matin.

Publication Facebook

La publication Facebook du restaurant « La Face de boeuf » a fait grandement réagir.

Photo : Facebook.com/LaFacedeboeuf

Pertes et craintes des employés

La nouvelle frappe d'autant plus qu'elle s'est faite à la veille d'une longue fin de semaine, et que les restaurateurs encaisseront davantage de pertes alimentaires en fermant leurs portes, explique Stéphane Morin.

Le jeudi, surtout avec la fin de semaine de Pâques, c’est quand les grosses commandes rentrent, déplore-t-il.

Le choc est aussi grand pour ses employés, soutient-il. Depuis quelques mois, on sent une morosité. C’est beaucoup de gestion logistique et financière, car beaucoup d’employés sont très inquiets, on ne se le cachera pas. Il faut essayer de les réconforter.

Il craint également un manque de main-d'œuvre quand viendra le temps de rouvrir ses portes.

Comme Thetford Mines est une ville économiquement en santé, c’est le plein emploi, c’est difficile de trouver de la main-d'œuvre. Si les gens se découragent et vont dans un autre secteur d’activité, c’est dur de ramener des gens qui étaient dans le secteur de la restauration, qui vivaient d’adrénaline, [surtout s'ils se trouvent] un emploi de jour, de 8 à 4.

Son équipe se retourne maintenant vers la livraison à emporter… et espère que la population fera attention à la transmission du virus, afin de pouvoir accueillir de nouveau des clients en salle à manger dès que possible.

Ce matin, comme à l’habitude, on va se rouler les manches, en espérant que les gens comprennent bien qu’il faut rester excessivement vigilants. Car si les cas augmentent en Chaudière-Appalaches, malheureusement, la date de réouverture va être carrément repoussée, et on ne peut pas se permettre ça

Une citation de :Stéphane Morin, propriétaire du restaurant Face de bœuf de Thetford Mines

Il espère aussi que la fermeture des restaurants ne va pas causer un exode de la clientèle vers l’Estrie, qui reste toujours en zone orange.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !