•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eska rapatrie une partie de sa production en Abitibi-Témiscamingue

Une usine Eska vue de l'extérieur.

L'entreprise d'embouteillage d'eau Eska à Saint-Mathieu-d'Harricana (archives)

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

L’embouteilleur d’eau Eska rapatrie une partie de sa production dans la région.

L’entreprise investit un peu plus de 3 millions de dollars à son usine de Saint-Mathieu-d’Harricana afin de produire et d'embouteiller de l’eau gazéifiée avec des saveurs.

En 2017, on avait transféré cette production à un embouteilleur à Montréal parce qu’on manquait de place. On avait toujours le désir de ramener ça à notre usine en Abitibi. On a pu trouver de l’équipement assez compact pour l’ajouter à l’usine. On va donc rapatrier cette production à Saint-Mathieu à partir du mois de juin, explique Michel McArthur, vice-président des opérations chez Eska.

De plus, cette eau gazéifiée sera vendue dans des bouteilles de plastique recyclé à 100 %, comme l'est déjà le plastique des bouteilles d’eau non gazeuse. Eska ajoutera le format 500 ml à celui d’un litre déjà existant.

Des bouteilles d'eau pétillante Eska de différentes saveurs.

Eska devient la première grande marque canadienne à fabriquer des bouteilles d'eau gazéifiée avec du plastique recyclé.

Photo : gracieuseté Eska

Ça représentait un défi technique, parce que c’est un contenant sous pression. On a fait des essais et on a pu trouver une formule qui fonctionne bien pour nous avec notre fournisseur et partenaire Plastrek, de Joliette. Ils fournissent la résine et on produit les bouteilles à l’usine. On pourra donc faire la transition complète et ne plus produire de nouveau plastique du tout. Le plastique qu’on utilise provient en majorité de la collecte sélective et des systèmes de consigne du Québec ou des régions avoisinantes. C’est vraiment une économie circulaire locale, affirme Michel McArthur.

L'eau gazéifiée compte aujourd’hui pour 8 % de la production d’Eska. On doit engager plus d’employés. C’est une nouvelle ligne avec plus de capacité que nos besoins actuels pour faire face à la croissance. Donc, à court terme, on engage quatre ou cinq nouveaux employés, et ça va monter jusqu’à environ 10 une fois qu’on utilisera la ligne à pleine capacité, précise Michel McArthur.

Unifor se réjouit

La nouvelle réjouit Unifor, qui représente la majorité des 130 travailleurs d’Eska. Nous sommes très heureux de la décision d’Eska. D’ailleurs, c’était l’une des choses que l’on revendiquait lorsqu'ils avaient décidé d’envoyer l’eau gazéifiée à Montréal. On est donc bien contents que ça revienne dans la région, déclare le représentant national, Ronald Nantel.

Reste le verre

Seul l’embouteillage de l’eau gazéifiée dans des bouteilles en verre, qui représente moins de 1 % de la production d’Eska, se poursuit à Montréal. On ne peut pas faire les bouteilles sur place. Ça nécessiterait de nouveaux équipements, c’est très complexe et il n’y a pas assez de volume, fait valoir Michel McArthur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !