•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des professeurs de l’Université Laurentienne sommés de décider de leur retraite rapidement

Édifice extérieur d'une université.

L'Université Laurentienne à Sudbury est en restructuration sous supervision judiciaire.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

Un conseiller financier de Sudbury rapporte que plusieurs professeurs de l'Université Laurentienne parmi ses clients ont eu seulement un délai de quatre jours de leur employeur pour décider de prendre ou non leur retraite.

L’établissement postsecondaire, qui s’est déclaré insolvable le 1er février, est en processus de restructuration sous supervision judiciaire.

Richard Malette, qui travaille avec l'entreprise Assante, indique qu'une note de service aux professeurs de la Laurentienne datée du 28 mars leur donne jusqu'au 1er avril pour fournir un avis écrit irrévocable de retraite.

La note est caractérisée comme un incitatif à la retraite. Cependant, M. Malette croit que cela ressemble davantage à un ultimatum. Il ajoute que cela causé beaucoup de stress à plusieurs de ses clients.

C'est un très court délai pour être en mesure de prendre une décision quant à savoir si vous voulez prendre votre retraite. Vous n'avez que 72 heures pour le faire, affirme M. Malette.

D'après ce que je comprends, certains incitatifs peuvent fonctionner pour certains et probablement pas pour plusieurs, note-t-il.

Le comptable précise que les incitatifs ne sont pas monétaires et promettent des avantages pendant quelques années ainsi que l'accès à un bureau.

Après le 1er avril, il n'y a aucune garantie sur les options qui pourraient être disponibles, dit M. Malette.

Un conseiller financier à Sudbury, Richard Malette.

Richard Malette est un conseiller financier qui compte des professeurs de l'Université Laurentienne parmi ses clients.

Photo : assante.com

CBC a contacté le service des communications de l’Université Laurentienne et l'association des professeurs, mais n'a reçu aucune réponse.

Albrecht Shulte-Hostedde, professeur à la faculté des sciences, du génie et de l'architecture du département de biologie de l'Université Laurentienne, affirme qu’il est trop jeune pour prendre sa retraite, mais il ne croit pas que cet incitatif va tenter les professeurs les plus anciens.

Je comprends que l'université ait besoin de supprimer des postes. Mais je ne me vois pas accepter une offre comme celle-là. Ce n'est pas vraiment une offre, dit-il.

On dit simplement que nous pouvons prendre notre retraite fin avril ou à la mi-mai, que nous pouvons garder nos étudiants diplômés pendant quelques années et que nous pouvons avoir nos privilèges de bibliothèque, précise-t-il.

Le professeur affirme que ce n'est pas le genre d’offres incitatives qu'une université offre pour les départs à la retraite.

Un homme à l'extérieur en photo format portrait.

Le professeur à l’Université Laurentienne, Albrecht Shulte-Hostedde, indique que l’établissement compte plusieurs professeurs de plus de 70 ans.

Photo : Albrecht Shulte-Hostedde

Un des problèmes sous-jacents, croit-il, est que l'université compte un certain nombre de professeurs de plus de 70 ans qui gagnent un salaire et perçoivent également leur pension.

Je ne peux qu'imaginer que si j'étais l'administrateur de l'université, ce serait un groupe que j'essaierais d'inciter à prendre sa retraite, mentionne M. Shulte-Hostedde.

Mais il souligne que ceux qui poursuivent une carrière universitaire font de 10 à 12 années d'études postsecondaires.

La plupart d’entre nous ne commençons pas notre carrière rémunérée avant d’être dans la trentaine ou même plus tard. On comprend donc pourquoi certaines personnes travaillent au-delà de 65 ans, souligne-t-il.

M. Malette assure qu'il passe des heures au téléphone avec ses clients touchés.

Il rapporte que les membres du corps professoral sont émotifs, en colère et frustrés.

Et le peu de temps dont ils disposent pour prendre des décisions concernant leur retraite ajoute en quelque sorte de l’essence sur le feu. Ce n'est pas un très bon sentiment avec les clients, affirme-t-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !