•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débordement au CHU Dumont : les patients admis seulement pour les urgences

Bâtiment de l'hôpital et enseigne devant.

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont à Moncton (archives)

Photo : La Presse canadienne / Marc Grandmaison

Radio-Canada

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont à Moncton prend des mesures pour gérer le débordement des patients, alors que la situation s'aggrave dans l'établissement.

Des mesures sont également prises à l'hôpital Stella-Maris-de-Kent.

Au cours de la prochaine semaine, seuls les patients qui nécessitent absolument une hospitalisation et ceux qui doivent subir des chirurgies urgentes seront admis dans ces deux hôpitaux.

Des chirurgies non urgentes sont donc annulées.

Les responsables des établissements vont se pencher, au cours des prochains jours, sur les dossiers de tous les patients qui sont actuellement hospitalisés afin de déterminer s'il est possible d'en renvoyer certains à la maison ou dans un autre établissement de soin.

L'objectif est de réduire le surplus de patients dans les établissements.

Un porte-parole de Vitalité, Thomas Lizotte, a expliqué que cette situation critique est causée par différents facteurs, notamment les mesures contre le COVID-19, les taux d'occupation élevés et la pénurie nationale de médecins et d'infirmières. Cette situation est également due au fait que de nombreux patients attendent une place dans un foyer de soins, a-t-il déclaré.

Au moins pour une semaine

La situation sera réévaluée dans une semaine, selon le Réseau de santé Vitalité, et les mesures pourraient être prolongées.

La situation est critique au CHU Dumont depuis plusieurs semaines.

La semaine dernière, Vitalité a demandé aux gens de la région de se rendre au service d’urgence uniquement si leur situation est critique, afin de réduire l’achalandage.

Certains patients se trouvaient sur des civières, tandis que d'autres devaient patienter dans le stationnement à bord d’ambulances.

La pénurie d’infirmières est pointée du doigt pour expliquer la situation actuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !