•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario en confinement à la veille de Pâques

Un homme ajuste son masque dans le quartier chinois de Toronto.

Les nouvelles mesures visent à endiguer la pandémie et particulièrement la propagation des variants.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Le gouvernement ontarien annonce une série de mesures restrictives qui entreront en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi à 0 h 01 pour contrer la propagation du coronavirus.

Les mesures s'appliqueront pour au moins 28 jours.

Nous sommes dans une situation grave et des mesures draconiennes s'imposent pour freiner la propagation rapide du virus, particulièrement celle des variants inquiétants.

Une citation de :Le premier ministre Doug Ford

Les commerces considérés comme essentiels pourront accueillir la moitié du nombre habituel maximal de clients. Les autres seront limités au quart des consommateurs qui peuvent autrement s'y trouver.

Doug Ford visite le centre de dépistage de l'aéroport Pearson.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les services personnels, comme les salons de coiffure, seront fermés.

Les restaurants ne pourront offrir que des mets à emporter, des livraisons ou le service à l'auto.

La grande majorité des installations sportives et d'exercice physique, intérieures comme extérieures, seront fermées.

Pour les mariages, les funérailles et les cérémonies religieuses, seulement 15 % des places pourront être occupées à l’intérieur d’un lieu et, à l'extérieur, la distance de deux mètres devra être maintenue entre chacun des participants.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, en conférence de presse.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le gouvernement, qui s’appuie sur les recommandations du médecin hygiéniste en chef, demande aux Ontariens de rester à la maison, sauf pour combler des besoins essentiels, comme faire l’épicerie, se rendre à un rendez-vous médical ou faire de l’exercice en plein air.

Les employeurs sont priés de laisser le plus possible leurs employés travailler à la maison.

Une partie des mesures annoncées jeudi avaient déjà fait l'objet de fuites dans plusieurs médias mercredi soir.

Le gouvernement soutient qu'il ne s'agit pas, à proprement parler, d'un confinement, mais qu'il applique plutôt un frein d'urgence. Dans les faits, la différence est mince, particulièrement dans les zones chaudes qui étaient déjà assujetties à de nombreuses restrictions.

Des infirmières qui portent de l'équipement de protection traitent un patient atteint de la COVID-19.

Le nombre de patients aux soins intensifs dépasse le sommet atteint pendant la deuxième vague, en janvier.

Photo : La Presse canadienne / AP/Laurent Gillieron

L'Ontario a recensé 2557 nouveaux cas jeudi, après une semaine de plus de 2300 cas en moyenne par jour. Les variants représentent les deux tiers des nouveaux cas, selon le groupe d'experts qui conseille la province.

Les hospitalisations attribuables à la COVID ont augmenté de plus de 40 % en deux semaines.

Le premier ministre Doug Ford avait déclaré lundi qu'il était très inquiet de l'augmentation des cas et des hospitalisations aux soins intensifs, notamment chez les plus jeunes.

Il avait dit qu'il n'hésiterait pas à imposer un confinement, si nécessaire.

Le maire de Toronto écoute une conférence de presse. Sur la paroi de plexiglas, on aperçoit la réflexion de Doug Ford.

Le maire de Toronto pense que le gouvernement Ford a pris la bonne décision en imposant des mesures provinciales.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le maire de Toronto approuve le fait que les restrictions s'appliqueront à l'ensemble de la province.

Notre ville est confinée depuis des mois. Nous ne vivons pas en vase clos; nous ne pouvons contenir la progression de la COVID-19 seuls.

Une citation de :Le maire de Toronto, John Tory

John Tory comprend que les gens soient las et frustrés, mais il leur demande de ne pas abandonner la lutte maintenant.

La chef de l’opposition, de son côté, accuse Doug Ford d’avoir ignoré les recommandations de ceux qui le pressaient, en février, de prendre des mesures décisives.

Nous n’avions pas à en arriver là, a déploré Andrea Horwath. Les commerces devront à nouveau fermer; certains ne rouvriront pas, prédit-elle. Les familles sont épuisées.

Une inscription à la craie sur un mur de brique indique aux clients où est la fenêtre pour commander leur café.

Les restaurants et les cafés sont à nouveau limités aux commandes à emporter et aux livraisons.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Trop peu, trop tard, comme l’ensemble de la réponse du gouvernement Ford depuis le début de la pandémie, rétorque pour sa part le chef libéral Steven Del Duca.

Il demande au gouvernement de revoir sa stratégie de vaccination.

Il croit qu’il faut donner la priorité aux travailleurs qui sont en contact avec le public, comme les enseignants ou les employés d’épicerie, et à ceux qui sont dans des milieux où le risque d’infection est élevé, comme les abattoirs et les entrepôts.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !