•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse des cas de COVID-19 se poursuit au Québec

Une brigadière scolaire tient une pancarte d'arrêt sous une neige abondante dans une rue.

Tout comme la COVID-19 et ses variants, l'hiver n'avait pas dit son dernier mot en ce 1er avril.

Photo : Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les autorités sanitaires du Québec recensent 1271 nouveaux cas de COVID-19 au cours des dernières 24 heures, ce qui porte à 312 362 le nombre de cas confirmés dans la province depuis le début de la pandémie.

La santé publique fait également état dans son bilan quotidien de 9 nouveaux décès, ce qui porte à 10 676 le total des pertes de vie liées à la COVID-19 depuis février 2020.

Parmi les décès recensés, un est survenu au cours des dernières 24 heures et cinq autres entre le 25 et le 30 mars. Trois décès de plus sont survenus à une date inconnue.

Le nombre des hospitalisations a, quant à lui, augmenté de 2 par rapport aux données de la veille, pour un total de 487 patients alités en raison de la COVID-19. Parmi ceux-ci, 119 sont traités aux soins intensifs, soit 1 de moins que la veille.

Il y a une semaine, on dénombrait 481 hospitalisations au Québec. Il s'agit donc d'une augmentation nette de 6 hospitalisations par rapport à la semaine dernière.

Les opérations de dépistage se poursuivent par ailleurs dans la province, où 41 053 tests ont été effectués le 30 mars.

L’évolution de la COVID-19 au Québec

Progression des variants

À ce jour, 8100 cas de nouveaux variants ont été détectés par criblage des échantillons positifs au Québec.

L'Institut national de santé publique du Québec a changé sa définition du nombre total de variants pour la province. Il recense désormais les cas détectés par criblage, et non plus par séquençage. Le criblage permet de détecter des mutations, mais pas de déterminer la souche. Le séquençage, méthode utilisée jusqu'au 26 mars, permet de déterminer la souche.

Les régions les plus touchées actuellement par les variants, selon la santé publique, sont Montréal avec 3188 cas, la Capitale-Nationale (1135), Laval (733), la Montérégie (580) et l'Outaouais (494).

Pendant ce temps, la campagne de vaccination de masse se poursuit au Québec, où 41 406 doses ont été administrées mercredi, pour un total de 1 391 649 depuis le début de la campagne de vaccination, le 14 décembre dernier.

Pour le moment, 1 652 905 doses ont été reçues au Québec.

Les éclosions

Selon les données de la santé publique, on compte 733 éclosions de COVID-19 actives dans la province.

  • 365 dans des milieux de travail;
  • 179 dans les écoles;
  • 79 dans les garderies;
  • 68 en milieu de vie et de soins;
  • 21 dans d'autres établissements;
  • 17 dans des activités et événements;
  • 4 dans d’autres milieux.

Le Bas-Saint-Laurent, nouvel épicentre de la contagion

Pour la première fois depuis des mois, Montréal n’est plus l’épicentre de la contagion au Québec. C’est désormais au Bas-Saint-Laurent que revient le titre avec un taux de cas actifs de 177,3 pour 100 000 habitants.

Laval et Montréal viennent ensuite avec des taux respectifs de 166,6 et 163 cas actifs pour 100 000 habitants.

La Capitale-Nationale suit de près avec 159,6 cas pour 100 000 habitants et l’Outaouais avec un taux de 135,2.

La moyenne québécoise est quant à elle de 105,2 cas actifs pour 100 000 habitants.

Pas de dépassement des capacités hospitalières à court terme

Une infirmière se penche sur un patient de la COVID-19 à l'hôpital.

Une infirmière se penche sur un patient de la COVID-19 à l'hôpital.

Photo : Getty Images / Mario Tama

Selon les projections de l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) publiées aujourd’hui, on a observé au Québec du 20 au 26 mars une augmentation de 20 % des cas par rapport à la semaine précédente.

La hausse des cas est particulièrement importante chez les résidents de la Montérégie (+43 %) et a pratiquement doublé dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches (+97 %), constate l’INESSS.

L’augmentation touche tous les groupes d’âge à l’exception de la catégorie des 80 ans et plus qui affiche une diminution de 12 % de nouveaux cas.

Pour ce qui est du nombre d’hospitalisations, les experts de l’INESSS prévoient une augmentation de 23 % des patients alités cette semaine, par rapport à la semaine précédente.

Dans la région de Montréal, les projections suggèrent un maintien du taux actuel d'occupation des lits réguliers et de soins intensifs pour les 2 à 3 prochaines semaines, souligne l’INESSS. On ne prévoit pas de dépassement des capacités hospitalières au cours de cette période, même si un peu plus du quart des lits réguliers et près de la moitié des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont présentement occupés.

En région, c’est différent. On s’attend plutôt à une augmentation relative de 20 % de l’occupation des lits de soins réguliers et de 40 % des lits de soins intensifs au cours des trois prochaines semaines.

On ne prévoit toutefois pas de dépassement des capacités hospitalières désignées au cours des 2 à 3 prochaines semaines, précise l’INESSS.

Bonne nouvelle malgré tout : la proportion des personnes de 80 ans hospitalisées en raison de la COVID-19 est en diminution depuis quatre semaines, et ce, malgré la progression des nouveaux variants.

L'INESSS précise dans son rapport (Nouvelle fenêtre) que ces projections peuvent être sous-estimées, en particulier dans la zone 2 [les régions], en raison de l’augmentation récente des cas et des variants qui ne s’est pas encore traduite par des hospitalisations. De plus, les données en provenance de l’Ontario suggèrent qu’une plus grande pression sur les capacités hospitalières, particulièrement sur les lits de soins intensifs, est prévisible.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !