•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario projette 2 fois plus de patients aux soins intensifs d’ici la fin d'avril

Health-care worker Nalini Persaud looks at her clipboard in the dialysis unit as she audits different health units for hand hygiene and sanitization at the Humber River Hospital during the COVID-19 pandemic in Toronto on Wednesday, December 9, 2020. THE CANADIAN PRESS/Nathan Denette

Il pourrait y avoir jusqu'à 800 patients aux soins intensifs liés à la COVID-19 d'ici la fin avril en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Les variants préoccupants augmentent considérablement les risques d'hospitalisation, notamment chez les plus jeunes, et la vaccination n'atteint pas encore les populations les plus à risque pour pouvoir endiguer leur propagation.

Les nouvelles projections des cas faites par la table de consultation scientifique de la province indiquent que le pourcentage de tests positifs a augmenté et la plupart des nouveaux cas sont des variants préoccupants.

Le Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la table de consultation scientifique, a présenté les résultats de ces projections, les premières depuis qu'une 3e vague a été confirmée dans la province.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de la province et Dr Adalsteinn Brown ont tous deux convenu qu'un décret de rester à domicile pour deux semaines, de préférence quatre, serait nécessaire pour maîtriser cette vague.

Dr Adalsteinn Brown lors d'une conférence de presse en avril 2020.

Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les prévisions que nous présentons aujourd'hui sont basées sur un ''Ordre de demeurer à domicile'' qui aurait le même impact que l'ordre de demeurer à domicile qui a été imposé après les vacances de Noël. Si vous n'êtes pas capable d'obtenir ce niveau d'impact, vous ne verrez pas la même diminution des cas quotidiens, vous ne verrez pas un meilleur contrôle de vos unités de soins intensifs.

Une citation de :Dr Adalsteinn Brown

Le point clé est la mobilité et éviter les déplacements entre régions avec un ordre de rester à la maison, a ajouté Dr Williams.

Les variants représentent actuellement environ 67 % de toutes les nouvelles infections en Ontario, selon la table de consultation.

Des variants qui augmentent les hospitalisations

Ces variants du coronavirus ont aussi des conséquences plus graves et sont plus fatales. Le risque d'admission aux soins intensifs est deux fois plus élevé et le risque de décès est 1,5 fois plus élevé pour le variant B.1.1.7, identifié pour la première fois au Royaume-Uni.

Les hospitalisations ont augmenté de près de 42 % au cours des deux dernières semaines.

Les patients sont aussi plus jeunes  : du 15 au 21 mars, les personnes de 0 à 59 ans représentaient 46 % des hospitalisations aux soins intensifs, contre 30 % en décembre.

Sans intervention, il pourrait y avoir jusqu'à 1000 patients liés à la COVID-19 aux soins intensifs d'ici la fin avril. Même avec la campagne de vaccination actuelle et un confinement strict de quatre semaines, les admissions aux soins intensifs en Ontario dépasseront probablement les 800 cas (liés à la COVID-19) ce mois-ci, préviennent les experts.

Si les admissions aux soins intensifs atteignaient ce point, il est possible que les médecins devraient commencer à mettre en œuvre un protocole de triage, a fait savoir le Dr Brown.

Des vies seront perdues, ajoute-t-il.

Ils rappellent également que la capacité du système de santé à traiter les admissions régulières aux soins intensifs et leur capacité à prendre en charge tous les patients s'en trouve compromise.

Plan rapproché d'un visage, de l'intubation et d'une main gantée.

Un travailleur de la santé s'occupe d'un patient atteint de la COVID-19 intubé et sous respirateur à l'hôpital Humber River de Toronto.

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Si aucune intervention n'est faite et que les mesures sanitaires ne sont pas accrues, les experts estiment qu'il pourrait y avoir jusqu'à environ 12 000 nouveaux cas quotidiens de COVID-19 d'ici la fin avril.

Même avec la vaccination, le nombre quotidien pourrait s'élever à 6000 cas par jour pour la même période.

En revanche, la vaccination et un confinement panprovincial de quatre semaines à partir du 5 avril pourraient réduire le nombre de cas quotidiens à moins de 2000, selon les projections.

Présentement, la moyenne est de plus de 2000 cas quotidiens, avec 2557 nouvelles infections jeudi.

Vacciner les travailleurs essentiels

La vaccination et le contrôle des éclosions sur le lieu de travail seront essentiels, indiquent les experts ontariens. Ils sont présentement les plus touchés par les variants préoccupants.

La vaccination ne parvient toujours pas aux communautés les plus à risque, explique le Dr Adalsteinn Brown.

L'Ontario a annoncé jeudi l'extension de la vaccination des 55 ans et plus. Dès le 3 avril, 350 pharmacies supplémentaires de partout dans la province vont également pouvoir administrer le vaccin d'Astra Zeneca.

Ces projections sont présentées quelques heures avant une annonce du gouvernement. Le premier ministre Doug Ford a confirmé que la province entrerait dans un nouveau confinement dès samedi. Les écoles resteront en revanche ouvertes ainsi que les commerces non essentiels avec des capacités d'accueil limitées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !