•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un garçon de 11 ans exécute des danses de guérison pour éloigner la COVID-19

Nathaniel Sinclair en tenue traditionnelle devant un tipi.

Nathaniel Sinclair exécutera des danses de guérison pour sa communauté jusqu'à ce que le nombre de cas actifs connus de COVID-19 atteigne zéro.

Photo : Gracieuseté : Leo Sinclair

Radio-Canada

Nathaniel Sinclair, 11 ans, exécute des danses de guérison pour aider à chasser la COVID-19 de la Première Nation crie de Mathias Colomb, à Pukatawagan, située à environ 710 kilomètres au nord-ouest de Winnipeg.

La communauté d'environ 3000 personnes a connu un pic soudain du nombre de cas de COVID-19 le mois dernier. Le 15 mars, il y avait 281 cas actifs connus dans la Première Nation.

Depuis, elle reçoit une aide des Forces armées canadiennes, de la Croix-Rouge et du Manitoba Keewatinowi Okimakanak pour aider à lutter contre la propagation du virus.

Le nombre de cas diminue, mais Nathaniel Sinclair a voulu aider sa communauté à guérir encore plus vite grâce à sa danse de guérison traditionnelle.

Je prie pour les malades et les intervenants d'urgence, a déclaré Nathaniel, qui a déjà exécuté trois danses chez lui.

L’écolier de cinquième année est fasciné par la danse traditionnelle depuis que sa mère, Nadine Sinclair, l'a emmené pour la première fois à un pow-wow communautaire lorsqu'il avait 2 ans.

Dès qu'il a entendu le battement du tambour, il s'est lancé sur le terrain du pow-wow et n'a pas voulu s'arrêter de danser, raconte Nadine Sinclair la mère du garçon.

Ni elle ni son mari, Leo, ne pratiquant les danses traditionnelles, Nathaniel a appris par lui-même, en regardant les danseurs lors des pow-wow et sur YouTube.

Nathaniel Sinclair regarde l'objectif en souriant.

Nathaniel Sinclair apprend la danse traditionnelle en autodidacte depuis qu'il est tout petit.

Photo : Gracieuseté : Leo Sinclair

Les danses de pow-wow sont une expression de la spiritualité, de l'histoire et de la culture autochtones. Il en existe de nombreuses, certaines présentent des variations régionales, et d'autres sont spécifiques à une Première Nation en particulier. Elles peuvent aussi être réservées à des événements ou à des éléments de la nature.

Nathaniel Sinclair exécute le Sneak-Up, le Footslide, le Crow Hop, le Duck and Dive et les danses traditionnelles classiques.

La Première Nation de Mathias Colomb compte actuellement environ 50 cas actifs connus, mais elle reste sous confinement et les militaires sont toujours sur place, selon Nadine Sinclair.

Pendant le confinement, Nathaniel a demandé à ses parents de prendre une vidéo de lui en train de danser vêtu de ses habits traditionnels, afin que la maladie quitte la communauté.

Le garçon a dansé pour la troisième fois mercredi et prévoit de continuer à le faire. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de cas de [COVID-19] et qu'ils soient tous guéris, a-t-il assuré.

Je suis très fière que mon fils fasse ces danses, a confié Mme Sinclair. Il m'inspire beaucoup avec toutes les chorégraphies qu'il peut inventer.

Nathaniel espère continuer à améliorer ses talents afin de pouvoir devenir danseur traditionnel lorsqu’il sera plus âgé.

Avec les informations de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !