•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Négociation avec les médecins : « La confiance sera difficile à rétablir »

L’entente entre l’Association médicale de l'Alberta et la province a été rejetée à 53 %.

Tyler Shandro.

En février 2020, Tyler Shandro avait mis fin à la précédente entente entre la province et les médecins.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Selon plusieurs médecins, les différends des derniers mois entre la profession médicale et le gouvernement de l’Alberta a laissé des marques profondes qui expliquent en partie le rejet d’une entente de principe entre la province et leur association.

Je pense vraiment que c’était un référendum sur la confiance que les médecins accordent au gouvernement, affirme Wang Chang, un médecin de famille de Calgary. Il ne veut pas se prononcer sur la valeur de l’entente rejetée, mais croit que l’absence de mécanisme d’arbitrage pour résoudre de futures disputes a convaincu beaucoup de médecins de voter contre l’accord avec la province.

Selon Christine Gibson, également omnipraticienne à Calgary, l’entente ouvrait la porte à une trop grande privatisation du système de santé albertain. L’entente ne dit pas spécifiquement : "Nous allons privatiser.", mais elle laisse la porte grande ouverte, explique-t-elle. L’argent qui va vers des entreprises de santé privées va nécessairement provenir du budget qui va normalement aux professionnels du réseau public et à leurs patients. 

En février 2020, le ministre de la Santé, Tyler Shandro, avait unilatéralement révoqué l’entente-cadre qui dictait les conditions de travail des médecins en Alberta. De nombreux médecins avaient menacé de quitter la province.

Le contexte et les événements qui ont mené à l’entente et le contenu de l’entente elle-même sont problématiques, dit la professeure adjointe de la Faculté de droit de l’Université de Calgary Lorian Hardcastle. Elle croit que la limite de 4,6 milliards de dollars au budget des services médicaux explique en partie le rejet de l’entente.

L’opposition réclame le départ du ministre de la Santé

L’opposition néo-démocrate croit pour sa part qu’il est temps pour Jason Kenney de nommer un nouveau ministre de la Santé. 

Tyler Shandro a épuisé sa réserve de bonne volonté, a lancé le député David Shepherd. Je ne pense pas qu’il puisse faire progresser ce dossier.

Tyler Shandro a pourtant tendu la main aux médecins au cours des dernières semaines. Il a notamment publié une lettre ouverte dans laquelle il disait regretter d’avoir minimisé la colère et la frustration des médecins.

J’ai entièrement confiance en Tyler Shandro, a pour sa part affirmé le premier ministre,Jason Kenney. Il a fait preuve d’une grande flexibilité avec les médecins.

Nous avons un déficit de 18 milliards de dollars, et notre économie a rétréci de 20 % en quelques années, a-t-il ajouté. Pendant ce temps, la masse salariale des médecins continuait d’augmenter rapidement.

Il affirme cependant vouloir continuer de discuter avec l’Association médicale de l’Alberta pour offrir des conditions de travail qui permettront de retenir les médecins dans la province.

Avec les information d'Audrey Neveu et Colleen Underwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !