•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le casse-tête d'un Néo-Brunswickois victime d'un vol d'identité

Homme à l'air sérieux avec documents sur une table devant lui.

Guy Chiasson est un résident de Balmoral au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Depuis qu’il a été victime d'un vol d'identité auprès de l’Agence du revenu du Canada (ARC) en juillet 2020, Guy Chiasson ne compte plus les heures consacrées à se sortir de ce pétrin.

Neuf mois après les faits, l’homme de Balmoral, dans le nord du Nouveau-Brunswick, ne réussit toujours pas à voir la lumière au bout du tunnel.

Je n’aurais jamais pensé que ça aurait été aussi laborieux. Je n’ai pas calculé le nombre d’heures, mais c’est régulier. Cette semaine et la semaine dernière, j’ai dû y passer 10 ou 12 heures par semaine facilement.

Une citation de :Guy Chiasson

Un chemin sans fin

L’enfer de Guy Chiasson a débuté innocemment l’été dernier, quand il a reçu un chèque inattendu de 1 582 $ de l’Agence du revenu du Canada (ARC). Il ne s’en est pas préoccupé, trop accaparé à gérer un terrain de camping à Charlo et son entreprise de location de jeux gonflables géants.

C’est lorsque sa conjointe a reçu, quelques semaines plus tard, un avis que son état civil avait été modifié, que Guy Chiasson a réalisé que quelque chose clochait. Il a tout de suite communiqué avec l’ARC.

C’est eux qui m’ont confirmé que Revenu Canada avait été piraté et que nos données étaient compromises.

Une citation de :Guy Chiasson

Selon Guy Chiasson, sa situation a été aggravée parce que les fraudeurs ont soumis à l’ARC une déclaration de revenus en son nom, avant qu’il soumette lui-même la sienne à la mi-août. Sa propre déclaration couvre les revenus de ses deux entreprises ainsi que ceux de l’emploi de directeur général du village de Petit-Rocher, poste qu’il a occupé jusqu’à la fin de 2020.

En faisant une fausse déclaration avec un faible revenu d’environ 9 700 $ pour l’année 2019, les arnaqueurs ont ensuite soumis des demandes pour obtenir des prestations d'assurance-emploi, un remboursement de la TPS ainsi que pour la PCU, la Prestation canadienne d’urgence offerte pendant la pandémie.

Pendant des mois, s'est succédée une série interminable d’appels téléphoniques, d’échanges de courrier électronique et d’envois postaux entre lui et l’ARC. Il a reçu des chèques et des factures qu’il ne devait pas recevoir.

Les nombreux appels téléphoniques ont été un véritable chemin de croix pour Guy Chiasson. L'attente est toujours très longue pour obtenir la ligne. Et en plus, je ne parle jamais à la même personne, ce qui m’oblige à raconter mon histoire à nouveau à chaque fois.

Le vol de son identité aurait pu avoir des conséquences encore plus graves, n’eut été certaines protections mises en place, notamment, par son institution financière.

La dame m’a dit qu’il y a 84 demandes de financement qui ont été faites en mon nom. Heureusement, elles ont toutes été refusées en raison des alertes.

Une citation de :Guy Chiasson

Des milliers de comptes compromis

Il y a quelques semaines à peine, l’ARC annonçait avoir bloqué 800 000 comptes de son site web après qu’une enquête ait révélé que certains noms d’utilisateur et mots de passe avaient été piratés par des tiers non autorisés en février. Toujours en février, l’ARC annonçait que 100 000 autres comptes avaient également été piratés.

Par voie de communiqué de presse (Nouvelle fenêtre), l’ARC affirme que son système n’a pas été compromis par les pirates informatiques. Elle ajoute que ces mesures préventives pourraient survenir plus fréquemment pour protéger les informations des contribuables.

Prudence accrue

Le cas de Guy Chiasson est donc loin d’être unique. Seulement à Balmoral, il connaît au moins deux autres entrepreneurs qui ont subit le même sort.

Homme à l'air sérieux regardant des piles de documents déposés sur une table.

Guy Chiasson semble incrédule devant les nombreux documents amassés suite à ses échanges avec l'Agence du revenu du Canada

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

S’il n’a toujours aucune idée comment son identité a pu être subtilisée, Guy Chiasson a bien l’intention d’être encore plus prudent à l’avenir, notamment, en ajoutant des couches de protection à toutes ses transactions faites en ligne. Il utilise maintenant des mots de passe différents et plus complexes.

Entretemps, il continue ses efforts pour démêler le vrai du faux avec l’ARC, ce qui continue de mettre sa patience à rude épreuve.

Quand la personne à l’Agence du revenu du Canada te dit " je ne sais plus quoi vous dire monsieur Chiasson ", moi non plus je ne sais pas quoi vous dire. Je fais quoi là?

Une citation de :Guy Chiasson

L’Agence lui demande de ne pas soumettre de déclaration de revenus pour 2020 avant que l’imbroglio soit complètement démêlé.

Conseils pour se protéger du vol d'identité

  • Ne donnez jamais vos renseignements personnels par Internet ou par courriel.
  • Soyez extrêmement vigilant lorsque vous donnez des renseignements personnels comme votre NAS ou votre date de naissance au téléphone.
  • Méfiez-vous si on vous demande de payer des impôts ou des frais à l’ARC sur des gains de loterie.
  • Ne divulguez à personne vos codes d’accès, vos codes d’identification, mots de passe et numéro d’identification personnel (NIP).
  • Mettez à jour votre adresse auprès de tous les ministères et organismes gouvernementaux.
  • Vérifiez régulièrement vos renseignements personnels à l'ARC afin de vous assurer qu’ils sont actuels et valides.
  • Prenez soin de choisir un spécialiste en déclaration de revenus en qui vous avez confiance et vérifiez ses références.
  • Soyez prudent lorsque vous cliquez sur des liens dans les courriels que vous recevez pour éviter les techniques d’hameçonnage des fraudeurs.
  • Avant de soutenir un organisme de bienfaisance, consultez le site web de l’ARC pour savoir s’il est enregistré.

Source: Agence du revenu du Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !