•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain engendrera des pertes de 11,9 G$ pour les Canadiens, selon une étude

Un train chargé de tuyaux destinés aux pipelines traverse un passage à niveau.

Ottawa a investi 4,5 milliards de dollars pour éviter l'abandon du projet.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Radio-Canada

L’expansion du pipeline Trans Mountain, racheté en 2018 par Ottawa, engendrera des pertes nettes de 11,9 milliards de dollars pour les Canadiens, affirment des chercheurs de l’Université Simon Fraser, dans une étude qui vient d'être dévoilée.

Les auteurs ont effectué leur analyse à la suite du jugement de la Cour suprême du Canada, la semaine dernière, qui a confirmé la constitutionnalité de la tarification sur le carbone pour atteindre les objectifs canadiens en matière de lutte contre les changements climatiques.

La perte de 11,9 milliards de dollars pour le Canada est principalement due au fait que les coûts de construction de Trans Mountain ont plus que doublé, passant de 5,4 milliards à 12,6 milliards de dollars, le tout combiné aux politiques sur le climat confirmées par la Cour suprême et qui vont mener à une réduction de la demande en pétrole, souligne l’auteur principal, Thomas Gunton.

Pour arriver à cette conclusion, outre la tarification sur le carbone, les trois auteurs ont tenu compte de la baisse de la demande de pétrole, du plan canadien pour le climat, de l’annulation du pipeline Keystone XL et de la viabilité économique de l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain.

Selon les différents scénarios évalués, les pertes pour le Canada se chiffreraient entre 3,2 et 18,5 milliards de dollars.

Conclusion des auteurs : l'achèvement du projet n’est pas dans l’intérêt économique des Canadiens. Il serait plus sage d'abandonner le projet Trans Mountain et d'investir l'argent épargné dans des projets d’énergie renouvelable.

Des compagnies comme BP et Shell répondent déjà à la baisse de la demande en transférant leurs investissements du pétrole à l’énergie verte, et le gouvernement fédéral devrait suivre leur exemple, estime Thomas Gunton.

Un pipeline controversé

Construit en 1953, le pipeline Trans Mountain appartenait jusqu’en 2018 à la compagnie Kinder Morgan. Le gouvernement fédéral l’a racheté cette année-là au coût de 4,5 milliards de dollars.

L’expansion de l’oléoduc permettrait de tripler la quantité de pétrole transporté sur plus de 1000 kilomètres entre Edmonton et Burnaby en vue de l’exportation vers l’Asie, pour atteindre 900 000 barils par jour.

Carte du projet d'expansion du pipeline Trans Mountain.

Carte du projet d'expansion du pipeline Trans Mountain.

Photo : Office national de l'énergie

Au fil des ans, le projet a fait face à une forte opposition devant les tribunaux et dans la rue, notamment de la part du gouvernement de la Colombie-Britannique et de groupes autochtones.

La mise en service est prévue pour décembre 2022.

Rectificatif : Une version précédente du titre de ce texte n'attribuait pas la conclusion sur la valeur des pertes à l'étude des chercheurs de la SFU (Nouvelle fenêtre) (en anglais). Le titre depuis a été modifié.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !