•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université de Saint-Boniface se dote d’équipement de génomique de fine pointe

Vue extérieure du bâtiment principal de l'Université de Saint-Boniface avec sa coupole.

L'Université de Saint-Boniface, à Winnipeg

Photo : Radio-Canada / Stephen Jaison Empson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’Université de Saint-Boniface (USB) à Winnipeg se munit d’équipement de recherche en génomique de fine pointe, grâce à un partenariat avec l’organisme Genome Prairie.

L’organisme à but non lucratif cherche à développer l’intérêt et la recherche en génomique, l’étude de séquences entières des gènes d’organismes, au Manitoba et en Saskatchewan. L’USB mettra certains de ses laboratoires à la disposition de l’organisme et pourra profiter des technologies qui y seront installées.

Selon la professeure et chercheuse à l’Université de Saint-Boniface, Anne-Marie Bernier, l’USB pourra utiliser deux systèmes de séquençage du génome. L’un d’eux, le séquenceur de génomes MinION est plus petit qu’un téléphone cellulaire et permet de déterminer la séquence d’un génome sur le terrain, par exemple, au milieu d’une forêt.

Il s’agit d’équipement de fine pointe que les étudiants de l’USB pourront utiliser dans le cadre de cours ou de recherches, note-t-elle, en ajoutant que normalement, les étudiants de premier cycle n’ont pas accès à de l’équipement de ce calibre.

Selon la professeure Bernier, c’est la petite taille des classes de l’établissement qui permet de leur donner accès à ces machines. Ça va nous mettre vraiment sur la carte dans la communauté scientifique du Manitoba.

En logeant nos installations de laboratoire à l’Université de Saint-Boniface et en collaborant étroitement avec ses chercheurs, cette coentreprise permettra à [l'initiative] Genome360 de réaliser son mandat à un tout autre niveau, affirme le président-directeur général de Genome Prairie, Mike Cey, dans un communiqué.

L’USB appuiera aussi des projets de laboratoire mobile de l’organisme, qui sert souvent à exposer les jeunes à la génomique, et affirme que ce partenariat aidera le Manitoba à progresser et à être concurrentiel en génomique, à l’échelle nationale et internationale.

Nous sommes heureux des nouvelles possibilités qui s’offrent à nous grâce à cette entente, par exemple des possibilités de formation pour nos étudiants de premier cycle, et l’accès à de l’équipement dont on ne dispose nulle part ailleurs au Manitoba, déclare la rectrice de l’Université de Saint-Boniface, Sophie Bouffard.

Anne-Marie Bernier souligne que la recherche en génomique a un impact sur toutes sortes de domaines qu’il s’agisse de biomédecine, d’agriculture ou de bactériologie.

Elle fournit un exemple d’actualité : les variants du coronavirus qui alimentent la troisième vague de la pandémie mondiale. Ces derniers ont été identifiés grâce au séquençage de leurs gènes, note Mme Bernier.

Avec les informations de Jeremy Laniel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...