•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus de cas du variant P.1 (Brésil) en C.-B. qu’aux États-Unis

Une technicienne avec un masque devant une machine de séquençage génétique.

Une technicienne de laboratoire travaille à séquencer le génome du virus SRAS-CoV-2 afin de déterminer la présence d'un variant au laboratoire du Centre de contrôle des maladies infectieuses à Vancouver.

Photo : Ben Nelms/CBC

La Colombie-Britannique enregistre une hausse importante du variant P.1 (Brésil). Cela inquiète les autorités sanitaires puisque ce variant du virus se transmet plus rapidement que l'original.

Mardi, la province a annoncé un total de 370 cas de COVID-19 associé au variant P.1, soit une hausse de près de 350 cas en l’espace de deux semaines. La Colombie-Britannique surpasse même l'ensemble des États-Unis qui compte 172 cas du variant P.1 en date de mardi.

Nous savons que ce variant est non seulement plus contagieux, mais il a également démontré dans certaine partie du monde qu’il est moins réactif aux vaccins, expliquait la Dre Bonnie Henry en conférence de presse lundi.

La première infection due à ce variant en Colombie-Britannique a été signal sur le territoire de la régie de la santé Vancouver Coastal. Depuis, plusieurs éclosions ont été rapportées dans la région de l’Intérieur ainsi qu’à Whistler. Lundi, les autorités de la santé provinciales ont fermé la station de ski Whistler-Blackcomb dans un effort pour réduire la propagation du virus.

La régie de la santé Vancouver Coastal n’a pas donné de détails quant au nombre d'infections dues à un virus variant ayant été reperées à Whistler. Par contre, elle indique qu’entre le 22 et le 28 mars, 218 cas de COVID-19 y ont été enregistrés et 83,2 % d’entre eux au sein de la population âgée de 20 à 39 ans.

Nous avons la plus forte concentration du variant brésilien à l’extérieur du Brésil et c’est celui qui est le plus contagieux, soutenait lundi le directeur médical au Centre des maladies infectieuses de Vancouver, Dr Brian Conway.

Au Brésil, ce variant a d’ailleurs plus ou moins pris le dessus sur la souche originale de SRAS-CoV-2 qui circulait jusqu’alors, explique le professeur adjoint à la faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique, le Dr Srinivas Murthy.

Nous y observons une transmission accrue du virus parmi la population et plus de jeunes qui deviennent gravement malades, indique-t-il. Il apporte toutefois une nuance notant qu’il est impossible de savoir s’il s’agit d’une conséquence directe du variant ou si la santé publique générale y contribue également.

Tout comme le variant B.1.1.7 (Royaume-Uni), le variant P.1 (Brésil) est soupçonné d’être plus virulent et plus contagieux, souligne le professeur. Mais selon lui, les vaccins disponibles actuellement dans la province sont efficaces, y compris face à ces variants.

C’est tout de même important de prendre le dessus et d’être en mesure de contrôler la propagation plus largement, dit le Dr Murthy.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !