•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection des baleines noires : la pêche au crabe à l’aube d’une révolution?

Des bateaux sont à quai à travers les glaces.

On compte 115 pêcheurs de crabe dans le golfe du Saint-Laurent, dont 65 dans la péninsule acadienne.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Les yeux des scientifiques à travers le monde sont tournés vers l'Acadie, où une année charnière pour la pêche se profile à l'horizon. Pour éviter que les baleines noires, une espèce en voie de disparition, ne s’empêtrent dans les cordages, les pêcheurs de crabe du Nouveau-Brunswick testeront plus d'un millier de casiers qui en sont dépourvus.

Cette façon de faire n'a encore jamais été appliquée à grande échelle en Amérique.

À Shippagan, l’heure est aux derniers préparatifs. Le quai est bondé et il fourmille de pêcheurs. Ils roulent les cordages, empilent les casiers à crabes et testent leurs équipements. Le départ en mer a lieu le 1er avril cette année.

Parmi les équipements testés avant le départ, on trouve un nouveau casier jaune. Le tiers des 65 pêcheurs de la péninsule acadienne l’emportent.

Ce casier est la clé d’une technologie permettant de pêcher sans cordage vertical. Il vise à empêcher les baleines noires de s’y empêtrer, puisque c'est une des principales causes de mortalité du mammifère.

Selon le New England Aquarium, il ne resterait que 356 baleines noires dans le monde.

M. Noël pose près d'un casier à crabes jaune.

Protection des baleines noires : la pêche au crabe à l’aube d’une révolution?

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Une fois au large, le casier jaune sera jeté à l’eau. Dix casiers traditionnels y seront attachés, tous alignés les uns à la suite des autres avec du cordage plombé.

Une fois que les casiers traditionnels seront remplis de crabes, la technologie entrera en jeu. De leurs téléphones, les pêcheurs peuvent déverrouiller le casier jaune au fond de l'eau, en lançant un signal à l'aide d’un fil acoustique vers le mécanisme.

La valise jaune est posée sur le casier avec le téléphone.

D’un téléphone cellulaire, les pêcheurs contrôlent une valise branchée à un fil acoustique qui émet un signal au casier au fond de l’eau.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Une fois ce signal acoustique reçu, le casier libère un couvercle qui, sous la force de la flottaison, remontera à la surface de l’eau.

Quand on a suggéré des solutions comme la pêche sans cordage [...] on trouvait que c'était aussi gros que d'aller sur la lune.

Une citation de :Martin Noël, président de l'Association des pêcheurs professionnels crabiers acadiens

2021, une année décisive

En 2020, 10 pêcheurs ont testé l'équipement avec 10 casiers à crabes chacun. Martin Noël estime la taille de l'investissement à près de 100 000 $ par pêcheur. Le Fonds des pêches, un programme fédéral, assumait alors 75 % des coûts.

Mais 2021 sera l'année décisive, car 1050 casiers de pêche seront jetés à l'eau.

Dix casiers ne te permettent pas de voir si tu as du succès. C'est peut-être plus de la chance ou de la malchance. Alors que 50 casiers et 5 lignes, ou 4 lignes, vont permettre de faire une pêche et mettre de l'effort pour avoir du succès, explique Martin Noël, président de l'Association des pêcheurs professionnels crabiers acadiens.

M. Noël se trouve sur le pont de son bateau.

Alain Noël, capitaine du Atlantic Gale, croit que, pour la pérennité de l’industrie, les pêcheurs doivent participer au projet.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

On a une belle industrie et on ne veut pas la perdre, remarque pour sa part le capitaine Alain Noël, qui participe au projet.

Les dernières années ont été très éprouvantes pour lui, car dès qu’une baleine noire est aperçue dans un secteur, Pêches et Océans Canada ordonne la fermeture de la zone. Avec les zones qui étaient fermées, ça devient tellement difficile et tellement stressant de faire notre métier, dit-il.

Pour les pêcheurs, la charge de travail augmente et la pression de faire vite aussi. Sans cordage, son bateau et ses casiers à crabes pourront rester dans les zones fermées.

Ses collègues et lui expérimenteront les façons de communiquer entre eux et de voir les bouées immergées pour s'assurer que la pratique est sécuritaire.

Ça fait l'envie de nos voisins américains

Des casiers à crabes traditionnels sont empilés sur un quai, près d'un bateau.

Les casiers à crabes traditionnels continuent d’être utilisés dans le projet de pêche sans cordage.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Si ça s'avère un succès, je pense qu’on pourra emboîter le pas, augmenter le programme, le nombre de pêcheurs et éventuellement avoir un programme commercial avec ça. C'est très intéressant, s’enthousiasme Martin Noël.

Il n’est pas le seul à se réjouir de ces avancées. La chercheuse en écologie des mammifères marins Lyne Morissette réagit de la même façon. Tant la communauté scientifique que l'industrie de la pêche surveillent ce qui se passe en Acadie.

Ça fait l'envie de nos voisins américains parce que, de l'autre côté de la frontière, ça fait des années qu'ils se creusent la tête pour trouver une solution qui fonctionne. Chez nous, on l'a trouvée et ça semble bien fonctionner, indique la chercheuse.

Est-ce qu'un succès cette année pourrait révolutionner toute la pêche au crabe? Peut-on envisager, à moyen terme, une pêche totalement sans cordage?

Peut-être qu'un jour on dira : avant, on pêchait avec des lignes verticales. Peut-être [...] mais je pense qu'on a quand même beaucoup de chemin à faire, dit Martin Noël, qui rappelle que l’investissement financier est majeur.

Les journées de pêche avec cordage ne sont peut-être pas encore comptées, mais il est maintenant permis d'y songer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !