•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget de la Saskatchewan « va donner une idée claire de la vision du gouvernement »

Donna Harpauer, debout, présente son budget. Autour d'elle, le premier ministre Scott Moe et des députés siègent à l'Assemblée législative.

La ministre des Finances Donna Harpauer présentera son budget le 6 avril, 10 mois après son dernier budget en juin 2020. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

À une journée du dépôt du budget 2021-2022 de la Saskatchewan, les attentes sont nombreuses face à la stratégie du gouvernement de Scott Moe, après un peu plus d'un an à vivre avec la pandémie de COVID-19.

La ministre des Finances, Donna Harpauer, a déjà affirmé que le gouvernement a un plan concret pour éliminer le déficit de plus de 2 milliards de dollars, alors que les infections augmentent de jour en jour et que la relance économique semble aller plus lentement que prévu.

Le gouvernement de Scott Moe a d’ailleurs approuvé des mandats spéciaux en février pour un montant total de plus de 320 millions de dollars pour aider des ministères à faire face à la pandémie. Des investissements dans les secteurs de la santé et de l’éducation sont aussi à prévoir.

Le professeur adjoint à l'École de politique publique à l’Université de la Saskatchewan, Marc-André Pigeon, estime que le budget va donner une idée claire de la vision du gouvernement. Il admet toutefois être plus inquiet par la stratégie qui va être présentée plutôt que par le déficit budgétaire.

J’ai bien peur qu’ils présentent une sorte de "retour à la normale" et qu’il n’y ait pas de réflexion ou de stratégie qui prenne en compte que le monde change de façon substantielle.

La Saskatchewan a notamment l’habitude de se concentrer sur les ressources primaires et l’exportation plutôt que sur les changements climatiques ou les inégalités salariales.

C’est comme si c’était des choses qui se passaient ailleurs et qui ne sont pas intégrées dans la façon de penser de nos décideurs, ici, dans la province.

Une citation de :Marc-André Pigeon, professeur à l'Université de la Saskatchewan

Un autre thème grandement attendu dans le budget sera celui de la décision de la Cour suprême concernant la taxe carbone. Le premier ministre Scott Moe a déjà affirmé que cela ne changera pas la position de son gouvernement qui reste opposé à la tarification sur le carbone. Il prévoit mettre en place son propre système de tarification du carbone, comme l’a déjà fait le Nouveau-Brunswick, mais cela est incertain puisque le ministre fédéral de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, a réitéré qu'il était peu probable qu'Ottawa accepte de nouveau un tel scénario.

Le gouvernement provincial compte également mettre les sociétés d’État SaskPower et SaskEnergy sous la juridiction des Règlements provinciaux sur les émissions de gaz à effet de serre. Si la requête est approuvée, elle devrait permettre à la province d’économiser et de se rendre plus flexible sur son plan économique.

Les critiques de l’opposition

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan accuse le gouvernement de Scott Moe de manquer de responsabilité. Dans un communiqué de presse envoyé le 17 mars, le porte-parole en matière de finances, Trent Wotherspoon, et la porte-parole en matière d’économie, Aleana Young, ont souligné les points importants qu’ils attendent le 6 avril.

Scott Moe est déconnecté des besoins de cette province et n’a pas de plan concret.

Une citation de :Aleana Young, députée du Nouveau Parti démocratique

Lors des élections provinciales de l’automne 2020, Scott Moe avait promis le retour à l’équilibre budgétaire en 2024.

La gestion de la pandémie par le gouvernement nous a laissés dans la pire des situations, avec une économie chancelante et parmi la plus mauvaise situation sanitaire au pays, avance Aleana Young.

En ce qui a trait à l’équilibre budgétaire, qui s’annonce difficile à atteindre en 2024, le NPD accuse le Parti saskatchewanais d’avoir menti à la population en promettant cet objectif. La ministre des Finances a elle-même avoué qu'il sera compliqué de trouver des façons d'atteindre cet équilibre à temps. Donna Harpauer s’était justifiée en expliquant que la pandémie de COVID-19 avait considérablement ralenti la relance économique de la province.

Aleana Young en train d'allaiter son bébé à l'Assemblée législative.

Aleana Young, du Nouveau Parti Démocratique, souhaite que le gouvernement évite un plan d'austérité. (archives)

Photo : CBC/Bryan Eneas

L’opposition officielle dénonce l’absence du rapport financier du troisième trimestre, qui ne sera pas publié avant le dépôt du budget, la semaine prochaine.

Trois thèmes semblent particulièrement attendus par le parti du chef Ryan Meili : notamment, un plan concret pour permettre aux Saskatchewanais de retrouver leurs emplois perdus pendant la pandémie, des investissements de taille pour soutenir les secteurs de la santé et de l’éducation ainsi que l'absence de coupes budgétaires et de plan d’austérité.

Prioriser les travailleurs de la Saskatchewan

La Fédération des travailleurs de la Saskatchewan (SFL) se range derrière l’opposition officielle en demandant elle aussi au gouvernement de prioriser le retour au travail des quelque 23 000 personnes ayant perdu leur emploi durant la pandémie.

Une femme aux cheveux grisonnant et portant des lunettes sourit à la caméra.

La présidente de la FSL, Lori Johb, veut que le gouvernement provincial augmente le salaire minimum. (archives)

Photo : Fournie

Parmi les points importants présentés par la présidente de la SFL, Lori Johb, on retrouve notamment l’introduction d’un salaire minimum à 15 $ de l’heure. Actuellement, le salaire minimum, instauré en octobre 2020, est de 11,45 $ de l'heure.

Selon le professeur adjoint de l’Université de la Saskatchewan, Marc-André Pigeon, cette augmentation serait réalisable, car la Saskatchewan est l’une des provinces avec le plus bas taux d’endettement au pays.

La présentation du budget la semaine prochaine est une occasion pour le gouvernement d’investir dans les travailleurs et de se reprendre après la pandémie de la COVID-19, de dire Lori Johb.

L’installation de tests dépistage dans les lieux de travail à risque ainsi que les jours de maladies payés pour tous les travailleurs font aussi partie des demandes de la SFL.

Le budget sera déposé le mardi 6 avril à l'Assemblée législative, soit le jour du troisième anniversaire de la tragédie des Broncos de Humboldt qui a eu lieu le 6 avril 2018. Le choix de cette date a d'ailleurs été largement critiqué par un expert et des familles de victimes ainsi que par l’opposition officielle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !