•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement accordé pour des logements « abordables » de 1200 $ par mois

Une pancarte de logement à louer

Les logements abordables se font de plus en plus rares à Moncton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral offre un prêt de 16 millions de dollars pour la construction de logements abordables dans le Grand Moncton.

L’objectif de ce prêt consiste à augmenter le nombre de logements abordables dans cette région de la province où les logements se font de moins en moins nombreux.

Un problème qui persiste et qui est difficile à résoudre dans le Grand Moncton.

Tous les jours, je dois être honnête... Je vois de mes propres yeux les problèmes [...] liés au logement dans la ville de Moncton. J'ai eu l'occasion de parler à de nombreux électeurs au cours des dernières années et ils me disent que leur principale préoccupation est réellement [les prix] des logements, rapporte Ginette Petitpas-Taylor, députée fédérale de la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe.

Ginette Petitpas Taylor écoute lors d'une conférence de presse.

Ginette Petitpas Taylor [archives].

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

1200 $, un prix « abordable » dans la région de Moncton

Mais ces logements coûteront tout de même 1200 $ par mois.

Dans ce nouveau complexe immobilier, dont le nom sera Birch Meadows, 38 logements seront considérés comme étant abordables au prix de 1200 $ par mois.

Ce prix a été établi après que le gouvernement fédéral et les deux compagnies de construction ont déterminé que le coût du loyer devait être inférieur à 30 pour cent du revenu médian par ménage dans le Grand Moncton.

Une affiche qui indique le nom du complexe.

Le complexe immobilier comprendra 38 logements.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Cammarano

Ils chiffrent ce revenu médian à environ 79 000 dollars par année.

Donc, un ménage qui a ce revenu pourrait investir jusqu'à 23 700 $ par année (ou 1975 $ par mois) pour son loyer selon ces calculs.

Les promoteurs assurent d'ailleurs que les appartements sont plus grands que ceux habituellement offerts dans le secteur et auraient pu coûter entre 1500 et 2000 dollars par mois sans le prêt octroyé du gouvernement fédéral.

Des défenseurs inquiets

Des défenseurs des locataires au Nouveau-Brunswick ne se disent pas convaincus par cette annonce du gouvernement, qu’ils pensent loin de refléter les réalités de plusieurs personnes.

Un homme avec un chandail bleu et des lunettes noires.

George Cormier estime qu'il serait difficile pour plusieurs personnes de débourser 1200 dollars par mois pour un logement.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Cammarano

George Cormier, directeur général de l’Association de logement sans but lucratif du Nouveau-Brunswick, affirme qu'un certain nombre de personnes n’auront pas accès à ces logements à cause de leur prix.

Disons que des loyers de 1200 dollars, c'est accessible à des gens qui font quand même un revenu assez élevé. Ce n'est pas la personne aînée qui fait 20 000 dollars par an qui va accéder à ces loyers-là, dit-il.

Le complexe, qui comprendra une salle commune, un gymnase et un simulateur de golf, doit être terminé le 1er septembre.

Le projet Marée montante reçoit aussi un appui

Les responsables du projet Marée montante ont indiqué mardi qu'ils ont aussi reçu la confirmation vendredi dernier d'un soutien financier du gouvernement fédéral, de l'ordre de 3,4 millions de dollars.

Cette somme s'ajoute aux 12 millions offerts par la ville et la province pour créer des logements à prix modique dans la ville.

Le cofondateur du projet, Dale Hicks, se réjouit de cette aide financière qui leur permettra d'ici trois ans de construire ou de rénover de 155 à 160 logements.

L'argent supplémentaire provient de l'initiative Financement de la construction de logements locatifs (iFCLL) du gouvernement fédéral.

L'initiative Marée montante a pour objectif de fournir un logement à des personnes en situation de pauvreté.

Afin de venir en aide à la population de sans-abris, le coût du logement devrait s’élever à environ 300 $ par mois, et il comprendra des services tels que la nourriture, le chauffage, l’électricité, la télévision et la gestion de cas continue.

Avec les renseignements de Frédéric Cammarano et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !