•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rubis sur l'ongle, mais chèques sans fonds

Un rubis d’un milliard de dollars qui ne rapporte rien, un homme d'affaires au passé trouble, des promoteurs trop confiants. L'échec de Solution Hydro Solaire était inscrit dans le ciel, et ce sont autant les acheteurs que les vendeurs qui en paient le prix.

Sous un ciel d'automne.

Un électricien installe des panneaux solaires sur le toit d'une résidence (archives)

Photo : getty images/istockphoto

Le camionneur Éric Fortin a roulé sur la plupart des grandes routes du Canada et des États-Unis, mais il ne s'attendait pas à être roulé dans la farine comme il l’a été avec Solution Hydro Solaire, une entreprise de Saint-Roch-de-Richelieu spécialisée dans la vente de panneaux solaires et de thermopompes.

Le recouvrement du toit de sa maison exigeait une réfection complète. Un représentant de Solution Hydro Solaire lui a fait une offre qu’il ne pouvait refuser : 10 panneaux solaires, une thermopompe, un toit neuf, valant 48 323 $, le tout pour une fraction du prix, soit 9664 $.

C'est que grâce à une généreuse subvention du Fonds vert des Autochtones d'Amérique (FVAA), les clients ne paient que 20 % de la facture.

Le deal, c'était : "tu vas avoir des panneaux solaires, faire refaire ma couverture, avoir l'air climatisé". J'ai trouvé que c'était excellent.

Une citation de :Éric Fortin, client de Solution Hydro Solaire
Éric Fortin est venu à Radio-Canada pour nous parler.

Éric Fortin n'a jamais reçu les panneaux solaires pour lesquels il a payé.

Photo : Radio-Canada

Cela fait maintenant deux ans qu’Éric Fortin attend que les travaux soient effectués ou qu’il soit remboursé.

L’ex-président de Solution Hydro Solaire Marc Beauchesne lui a bien offert un chèque, mais il n'a jamais pu l’encaisser.

Un homme et une femme s'étreignent sur une plage.

Marc Beauchesne et Michèle Roy.

Photo : FaceBook/Marc Beauchesne / auteur inconnu

Le boss était venu me porter un chèque lui-même de 9664,80 $ qui est ici. Il nous montre son chèque. Il a dit : "on va te téléphoner lorsque tu pourras le changer".

L’appel n’est jamais venu, le chèque ne vaut plus rien, car il est échu depuis longtemps.

Et il devient urgent pour lui de refaire la couverture de sa maison.

Mais ça me coûte comme deux fois le prix, parce que je l'ai déjà payée. Il faut alors payer à nouveau pour la faire faire au complet, se désole-t-il.

Les vendeurs impayés

Éric Fortin n’est pas le seul à avoir perdu de l'argent avec Solution Hydro Solaire. Leurs propres vendeurs, ceux qui se rendaient dans les maisons pour faire signer des contrats, n’ont pas été payés pour le travail qu'ils ont effectué.

La commission des normes du travail (CNESST) réclame pour l’instant 230 000 $ à l'entreprise en salaires impayés. Comme Solution Hydro Solaire n'a pas obtempéré, l’affaire est maintenant devant les tribunaux.

Jacques Denis discute avec notre journaliste

Jacques Denis a été vendeur pour Solution Hydro Solaire

Photo : Radio-Canada

Jacques Denis est l'un de ces vendeurs. C’est lui qui a vendu le forfait panneaux solaires, toiture, thermopompe au camionneur Éric Fortin.

Tous les représentants étaient de bonne foi. Mais on se sent tous mal pour eux autres. C'est scandaleux. C'est choquant.

Une citation de :Jacques Denis, vendeur pour Solution Hydro Solaire

Pourtant, de l'argent, Solution Hydro Solaire en a reçu beaucoup, selon Jacques Denis, car les clients payaient 20 % dès la signature du contrat.

Mettons [un contrat de] 100 000 $. Le client, fallait qu'il donne 20 %, soit 20 000 $. Donc, chaque client payait des 9000 $, des 10 000 $ des 15 000 $ cash!, explique-t-il.

Un bac de recyclage bavard...

À Saint-Roch-de-Richelieu, le commerce Solution Hydro Solaire est fermé, l'immeuble est à vendre ou à louer. Par la fenêtre, on peut voir qu’il ne reste qu’un panneau solaire en exposition.

Avant de partir, les dirigeants ont abandonné derrière eux, dans un bac de recyclage à l'extérieur, une pile de factures non déchiquetées correspondant à chacun de leurs clients. Sur chaque facture que nous avons trouvée, on peut voir le montant total de l’achat.

Si l’on se fie à ces 219 factures, les vendeurs ont fait signer pour 9 910 631 $ en contrats.

Les clients ont laissé en dépôt 20 % de cette somme, donc 1 982 126 $, que Solution Hydro Solaire a encaissés.

Où est donc passé l’argent? Un autre vendeur, Jean-Luc Trudeau, nous a répondu ceci : une chose qu'on sait, c'est pas nous autres qui l'a!

Jean-Luc Trudeau s'entretient avec La Facture.

Jean-Luc Trudeau a travaillé comme vendeur pour Solution Hydro Solaire.

Photo : Radio-Canada

Pour en avoir le cœur net, nous nous sommes rendus à la résidence de l'actuelle présidente de Solution Hydro Solaire, Michèle Roy. C’est son conjoint Marc Beauchesne, l'ex-président, qui nous a répondu en entrebâillant la porte de son domicile.

Inquiétez-vous pas, y a pas de fraude, a-t-il affirmé. Il y a personne qui a été fraudé à part moi, je vous dirais. Et on travaille pour rembourser les clients.

Rubis sur l’ongle, vraiment?

La subvention pour acheter les panneaux solaires devait venir du Fonds vert des Autochtones d'Amérique (FVAA), comme nous l'avions expliqué dans un texte précédent.

À l’origine, c'est un rubis qui devait permettre au Fonds vert d'emprunter auprès d'une banque l'argent nécessaire pour subventionner l'achat des panneaux solaires par les clients.

Michèle Roy, également trésorière du Fonds vert, s'est d'ailleurs fait photographier devant l’énorme pierre précieuse.

Une femme devant un gros rubis nous montre des documents.

Michèle Roy montre deux documents indiquant qu'un rubis vaut 731 millions de dollars américains

Photo : Radio-Canada / auteur inconnu

Sur la photo, elle tient dans ses mains deux documents. Ces certificats indiquent que le rubis pesant 8 kg est évalué à 731 millions de dollars américains. D'autres documents confirment que le FVAA en est le propriétaire.

Documents indiquant la valeur d'un rubis à 731 millions de dollars américains.

Documents indiquant la valeur d'un rubis à 731 millions de dollars américains.

Photo : Radio-Canada / auteur inconnu

Elle disait qu'il valait beaucoup. Une centaine de millions. Alors elle a dit : "on veut faire débloquer tout de suite une dizaine de millions". C'est des pinottes! Ben oui, des pinottes!, se rappelle Jacques Denis, vendeur pour Solution Hydro Solaire.

Le loup blanc qui voit loin

Dans un courriel envoyé en octobre 2019 et destiné à rassurer la direction de Solution Hydro Solaire comme certains vendeurs, le Fonds vert annonce que la subvention s'en vient, que la banque rédige en ce moment le contrat de ligne de crédit, basé sur la valeur du rubis, et que leurs commissions [seront] bonifiées afin de couvrir les désagréments dus aux retards.

Malgré ces promesses, le Fonds vert n'a jamais réussi à convaincre une seule banque de lui avancer de l'argent sur la base du rubis pour financer ses projets environnementaux.

C'était toute de la bullshit! lance Jacques Denis. Ils nous disaient ça maintes et maintes fois, pis après ça, on appelait, on appelait… Ah oui, ça s'en vient. Ben oui!

L’auteur de ce courriel, c’est Joseph Daniel, qui signe Le loup blanc qui voit loin, fondateur du FVAA.

Un  homme en chemise cravate serre une main devant une forêt.

Daniel Poulin, alias Joseph Daniel, Le loup blanc qui voit loin

Photo : Radio-Canada / auteur inconnu

Le loup blanc est un homme discret dont la photo, curieusement, n’apparaît pas sur le site Internet du Fonds vert. On comprend sa discrétion lorsqu’on apprend que sa véritable identité est Daniel Poulin, un inventeur qui s’est retrouvé à trois reprises dans les mailles de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

M. Poulin a accepté de nous parler, mais au téléphone seulement.

Moi, je suis celui qui a eu l’idée, l’idée du Fonds vert, les panneaux solaires, refaire les toits. Mais moi, je n'avais aucun pouvoir décisionnel dans le Fonds vert.

Une citation de :Daniel Poulin

Tout juste avant de créer le Fonds vert des Autochtones d'Amérique, Daniel Poulin a été condamné en 2017 à six mois de prison et à 960 000 $ d’amende pour avoir sollicité 23 investisseurs sans permis ni prospectus et recueilli auprès d’eux 820 000 $ pour financer l’une de ses inventions. Daniel Poulin n'a jamais payé l'amende de l'AMF qui s'élève aujourd'hui à plus de 1 million de dollars.

Même s’il a plaidé coupable aux 59 chefs d’accusation auxquels il faisait face, Daniel Poulin s'en défend encore aujourd’hui. Ce n’est même pas fini cette histoire-là avec l’AMF, soutient-il. L'AMF n'a aucune crédibilité, je vous le dis tout de suite, là.

Cela fait maintenant plus de deux ans que les dirigeants du Fonds vert et de Solution Hydro Solaire répètent que l'argent s'en vient. Malgré nos appels répétés, le président du FVAA a refusé de nous accorder une entrevue, ou même de répondre à quelques questions au téléphone.

Les factures qui ont été jetées dans le bac de recyclage de l'entreprise de St-Roch-de-Richelieu laissent plutôt croire le contraire.

Un reportage complet sera présenté ce soir à 19 h 30 à l'émission La facture

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !