•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un restaurant de Saskatoon est victime de commentaires racistes anti-Asiatiques

Le restaurant Hey! Fried Chicken à Saskatoon, en Saskatchewan.

Depuis que les propriétaires du restaurant ont dénoncé la situation, ils ont reçu un grand nombre de messages de soutien de la part de la communauté.

Photo : Facebook - Hey! Fried Chicken

Radio-Canada

Le restaurant Hey! Fried Chicken de Saskatoon fait face à du racisme anti-Asiatiques sur les réseaux sociaux.

L’établissement, situé dans le quartier University Heights, appartient à deux couples originaires de Chine.

Les commentaires racistes ont débuté après que le restaurant fut apparu dans la chronique New Faces New Places du journal The Saskatoon StarPhoenix.

Bien que le texte ait attiré l’attention de nombreux nouveaux clients, il a aussi généré son lot de commentaires contenant de la fausse information ou des stéréotypes blessants sur les personnes d’origine asiatique.

Estelle Yang, l’une des propriétaires, a choisi de dénoncer cette situation.

Normalement, lorsque nous recevons ce genre de remarque, nous choisissons de ne rien dire, raconte-t-elle. Mais, avec les récents événements survenus à Atlanta et ailleurs aux États-Unis, nous avons réalisé que nous devions prendre la parole. Nous n’avons rien fait de mal!

Estelle Yang souligne que ses partenaires et elle sont des gens ordinaires qui tentent de s'en sortir alors que le monde de la restauration traverse une période difficile. Elle estime qu’ils devraient être traités différemment à cause de la couleur de leur peau.

C’est pour cela que nous dénonçons [ces commentaires]. Nous ne voulons pas que cela arrive à quelqu’un d'autre.

Une citation de :Estelle Yang, copropriétaire du restaurant Hey! Fried Chicken

Depuis que l’établissement a dénoncé la situation sur les réseaux sociaux, il a reçu énormément de soutien du reste de la communauté.

Chaque message d’amour nous touche énormément, raconte Estelle Yang.

Elle veut aussi que les autres victimes de racisme sachent qu'elles ne sont pas seules.

Peut-être que les gens sont en colère, peut-être qu'ils ont peur, mais la violence n’est pas la réponse à ce genre de problème. Nous devons faire entendre notre voix et promouvoir le changement que nous voulons voir dans le monde.

Cette situation ne change pas la vision qu’Estelle Yang a de la Saskatchewan et de la ville.

C’est vraiment un endroit agréable. Nous ne devrions pas avoir autant de haine, nous devrions partager un repas ensemble et être heureux.

Avec les informations de Morgan Modjeski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !