•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec le télétravail, le nombre de plaintes contre les services Internet a grimpé de 50 %

Un gros plan sur un routeur sans fil sur un fond noir.

Quand on travaille ou étudie à la maison, avoir un service Internet stable et fiable devient primordial.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Les plaintes des Canadiens et Canadiennes concernant la qualité de leur service Internet ont augmenté de près de 50 % au cours de la deuxième moitié de 2020, par rapport à la même période un an plus tôt, soit avant la pandémie, selon un nouveau rapport de l'ombudsman responsable de la résolution de ces plaintes.

La Commission des plaintes relatives aux services de télécom-télévision (CPRST) a indiqué lundi qu'un service Internet irrégulier ou inadéquat avait été évoqué dans 1250 plaintes, soit 13,9 % des 9121 nouveaux cas traités au cours de la période de six mois terminée le 31 janvier 2021.

Le nombre total de plaintes pour tous les types de services surveillés par le CPRST a également augmenté de 6 % en comparaison aux données du rapport de milieu d'année 2019-2020 publié l'an dernier, alors que la qualité du service Internet avait été dénoncée 884 fois dans 8621 plaintes.

Le rapport du CPRST publié lundi couvrait une période qui comprenait le début de la deuxième vague de la pandémie, lorsque de nombreuses familles canadiennes ont dû travailler et étudier à domicile en raison des confinements.

Entretemps, les entreprises, les gouvernements et les services de santé ont accru leur dépendance aux communications à distance pour fournir leurs services.

Le rapport du CPRST indique que les services sans fil ont continué de générer le plus grand nombre de plaintes, mais ce chiffre a diminué de 19,5 %. Les plaintes concernant le service téléphonique local, le service de télévision et la plupart des autres services de télécommunications étaient aussi en baisse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !