•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Furey veut un examen des élections et de la loi électorale

Andrew Furey.

Le premier ministre Andrew Furey, qui prononce ci-dessus un discours peu après sa victoire électorale, affirme qu'il faut moderniser la loi électorale.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Radio-Canada

Le premier ministre Andrew Furey promet un examen des élections tumultueuses qui se sont terminées samedi et une modernisation de la loi électorale de Terre-Neuve-et-Labrador.

M. Furey a parlé aux journalistes samedi pour la première fois après la publication des résultats des élections. Son gouvernement a remporté une faible majorité. La campagne a été marquée par un faible taux de participation (48 %) et par sa durée inattendue de 10 semaines.

Nous allons certainement revoir ce qui s’est passé durant ces élections, nous l’avons déjà dit, et nous allons voir ce qui a été bien fait, ce qui a été mal fait, comment nous pouvons améliorer les choses pour l’avenir et moderniser la loi électorale, a déclaré le premier ministre Furey.

La campagne électorale devait durer quatre semaines, mais une éclosion d’un variant du coronavirus plus contagieux dans la région de Saint-Jean a entraîné une restructuration rapide du processus électoral. La province tout entière est passée à un vote par la poste qui a entraîné une prolongation des élections et qui a suscité des plaintes.

Durant la campagne électorale, M. Furey a évité plusieurs questions en renvoyant la balle au bureau des élections et à son directeur général, Bruce Chaulk. Des critiques ont refait surface samedi quand M. Furey a fait entendre que certains problèmes auraient pu être résolus avant les élections, dont l’absence de bulletins de vote traduits pour les Autochtones. Pandémie ou non, a-t-il lancé, les bulletins de vote auraient dû être traduits.

Les élections sont terminées, mais certaines questions qui demeurent pourraient être soumises aux tribunaux. La cheffe du NPD, Alison Coffin, qui a perdu son siège par 53 voix, a mis l’accent sur les plaintes et le désenchantement des électeurs en prononçant son discours après sa défaite.

Selon l’avocat constitutionnel Lyle Skinner, quelques résultats peuvent être contestés en cour. Il rappelle que les candidats perdants peuvent demander un dépouillement judiciaire s’ils soupçonnent que des erreurs ont été commises.

Dans ce dernier cas, dans les deux mois et un jour suivant la date du scrutin, toute personne peut demander à la cour d’annuler le résultat d’une élection et d’ordonner une nouvelle élection. Pour contester les élections dans leur ensemble, il faudrait faire cette démarche dans chacune des 40 circonscriptions électorales, indique Lyle Skinner.

Selon lui, le manque de précision de la loi électorale est l’une des principales raisons pour lesquelles Élections TNL a connu des difficultés.

Le directeur général des élections, si vous interprétez la loi d’une certaine façon, ne peut pas changer la date ordinaire du scrutin, qui aurait été le 13 février, explique Lyle Skinner. Pourquoi est-ce important? Cela signifie que tout bulletin de vote reçu après cette date ne compte pas en principe.

Il est aussi possible de contester les résultats d’une élection si quelque chose a empêché des gens de voter, ajoute-t-il.

La prudence s'impose, selon un politologue

Les libéraux de M. Furey ont remporté une majorité, mais ils doivent tenir compte de la possibilité que des résultats d’élections soient contestés avec succès, même si cela semble peu probable, estime un politologue de l'Université Memorial, Kelly Blidook.

M. Blidook est aussi d’avis qu’il faut réviser la loi électorale. La loi n’indique pas clairement si la date du scrutin peut changer ou si un vote entièrement postal peut avoir lieu, entre autres manques de précisions, explique-t-il.

Quant aux propos du premier ministre Furey, Kelly Blidook affirme qu’il aimerait l’entendre préciser ce qu’il croit qui s’est produit durant les élections et pourquoi il juge qu’elles étaient légitimes.

Le taux de participation d’environ 48 % était le plus faible de l’histoire de la province.

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !