•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 2000 crimes haineux enregistrés au Canada en 2019

Des croix gammées peintes sur les portes d'une synagogue.

Des croix gammées peintes sur les portes de Shaar Hashomayim, l'une des plus grandes synagogues de Montréal.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

En 2019, un total de 1946 crimes haineux ont été enregistrés au pays, indique la plus récente étude de Statistique Canada, qui précise que c'est la deuxième des plus mauvaises années depuis 2009.

Depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 2009, le nombre de crimes haineux rapportés à la police a varié de 1167 affaires en 2013 à 2073 affaires en 2017. En moyenne, la police a déclaré 1518 affaires de crimes haineux par année depuis 2009, indique Statistique Canada.

L’organisation fédérale ajoute que les fluctuations du nombre d'affaires déclarées peuvent traduire un changement réel du volume de crimes haineux, mais elles peuvent aussi être attribuables à des changements dans le signalement de ces crimes par le public, en raison d'efforts de sensibilisation communautaire de la part de la police ou d'une prise de conscience accrue après des événements très médiatisés.

De quoi s'agit-il?

Le Code criminel du Canada considère quatre infractions précises comme de la propagande haineuse ou des crimes haineux : l'encouragement au génocide, l'incitation publique à la haine, la fomentation volontaire de la haine et le méfait motivé par la haine à l'égard d'un bien utilisé par un groupe identifiable.

La majeure partie de la hausse de 7 % des crimes haineux est due aux augmentations observées en Colombie-Britannique (+49 affaires), en Ontario (+43 affaires) et au Québec (+23 affaires). C’est aussi dans ces trois provinces (et dans le même ordre) que la prévalence de ce type de crime est la plus élevée en proportion de la taille de la population.

En 2019, près de la moitié (46 %) des crimes haineux déclarés par la police ont été motivés par la haine d'une race ou d'une origine ethnique. Les crimes haineux ciblant l’orientation sexuelle ont représenté 14 % du total et ceux visant la religion (31 %).

Les Asiatiques en ligne de mire en 2020

Statistique Canada souligne que ces données ne couvrent pas la période pandémique, où les minorités ethniques, surtout asiatiques, ont vu le nombre de crimes haineux contre elles augmenter de façon marquée.

Barbara Perry, directrice du centre sur la haine et l’extrémisme de l’Université Ontario Tech, s’attend à une hausse substantielle du nombre de crimes haineux pour 2020 étant donné le nombre d’incidents rapportés publiquement durant l’année.

C’est ce qu’on entend des policiers et des organisations communautaires, spécialement pour la violence envers les communautés asiatiques et juives. C’est lié à la pandémie et à la recherche de boucs émissaires, affirme la chercheuse.

C’est le cas du Montréalais Charles Xu, qui sortait chercher de la nourriture dans un restaurant samedi dernier, près du métro Beaudry. Un homme agressif s’est approché, avant de lui hurler des insanités liées à son origine ethnique.

M. Xu ne pensait pas porter plainte, jusqu’à ce qu’il reconnaisse, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le même homme qui menaçait une femme asiatique dans le métro.

Depuis la pandémie, c'est devenu de l'agression verbale, des agressions physiques, le crachat, des coups. Il y a une personne coréenne qui s'est fait poignarder. Il y a une autre personne asiatique qui s'est fait poivrer.

Une citation de :Winston Chan, un entrepreneur montréalais dont les parents ont immigré de Chine

Plusieurs commerces du quartier chinois ont aussi été la cible de plusieurs actes de vandalisme en 2020 à Montréal.

Des commerces ont été vandalisé dans le Quartier chinois.

Racisme anti-asiatique

Photo : Radio-Canada

Alors qu’en 2019 la police de Montréal avait rapporté trois crimes haineux contre des membres des communautés asiatiques, ce nombre a grimpé à 22 en 2020 et 8 cas ont déjà été recensés à Montréal, lors des deux premiers mois de l’année.

Des 876 crimes haineux ayant pour cause la race ou l’origine ethnique enregistrés en 2019 au Canada, un peu plus de 52 % impliquaient de la violence (voies de fait, menaces ou harcèlement).

D'après les informations de Vincent Maisonneuve

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.