•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première édition pour Noovo Le Fil

À la première édition de Noovo Le Fil, l'animatrice Noémi Mercier a présenté une entrevue préenregistrée avec le premier ministre François Legault.

À la première édition de Noovo Le Fil, l'animatrice Noémi Mercier a présenté une entrevue préenregistrée avec le premier ministre François Legault.

Photo : Radio-Canada

La chaîne généraliste Noovo diffusait lundi soir son premier bulletin de nouvelles sur ses ondes. Noovo Le Fil fait la promesse de traiter l’information au quotidien autrement que le font TVA Nouvelles et Radio-Canada.

À l’ouverture de l'édition nationale de 17 h, l’animatrice a rapidement enchaîné avec une entrevue qu’elle avait préalablement réalisée avec le premier ministre François Legault sur la violence conjugale. S’en est suivi la réaction d’une coordonnatrice d’une maison d’hébergement et une analyse du chroniqueur de La Presse+, Yves Boisvert.

Au même moment à RDI et à LCN, les bulletins ont pour leur part commencé avec la décision de Québec de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca pour les moins de 55 ans. Cette nouvelle a néanmoins été abordée chez Noovo, mais vers 17 h 30, par une intervention de l’animateur de l'édition de 22 h, Michel Bherer.

Le directeur général de l’information de Bell Média, Jean-Philippe Pineault, nous avait avisés en entrevue la semaine dernière : Vous allez le voir. On n’est pas le modèle conventionnel du bulletin de nouvelles. [...] Le modèle, c'est de dire : comment on peut être un complément à ce qui se fait. C'est d'arriver avec des angles morts sur l'actualité, nos propres histoires.

On ne donnera pas les scores du Canadien, on ne fera pas la météo et on ne fera pas les indices boursiers, nous avait pour sa part précisé Noémi Mercier. Consciente du poids des attentes qui pèsent sur son émission, elle estime que Noovo Info est un peu le test Rorschach de l’information, en référence à l’évaluation des taches d’encre en psychologie.

Jean-Philippe Pineault a monté ce nouveau service en neuf mois seulement, doté d’un studio à Montréal et d’un autre à Québec, ainsi que d’antennes en Estrie, en Mauricie et au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Le rôle de la trentaine de vidéojournalistes et de vidéastes se précise à la lumière du premier bulletin, c’est-à-dire qu’ils seront notamment appelés à produire des contenus avec un style documentaire et plus longs qu’un reportage traditionnel de moins de deux minutes.

Un modèle d’affaires aussi fondé sur la convergence

Le géant des télécommunications, Bell, avait l’obligation d’offrir des nouvelles locales pour obtenir l’autorisation de mettre la main sur la chaîne V en 2020, mais sa proposition en matière d’information n’est pas sans risque.

Des premiers bulletins de Télévision Quatre-Saisons en 1986 à la fermeture du service des nouvelles produites à l’interne en 2008, la place pour un troisième joueur semble encore aujourd'hui incertaine. Et depuis, le modèle d'affaires des médias a bien changé avec le déplacement des revenus publicitaires vers Facebook et Google.

La convergence des plateformes, qu’ont su mettre à profit Québecor (TVA, Journal de Montréal, Qub Radio, etc.) et Radio-Canada, fera visiblement partie de la solution. On a intégré l’ensemble des journalistes qui existaient de Bell Média sous le vocable Noovo Info, souligne Jean-Philippe Pineault. Tous les journalistes radio disséminés dans toutes les régions se joignent au groupe.

Près de 30 journalistes viennent ainsi s'ajouter au réseau et tous produiront à terme pour un site web d'information qui verra le jour en septembre.

Mais déjà, des contenus seront déclinés sur Noovo.ca et sur les réseaux sociaux. En soirée lundi, la première édition de Noovo Le Fil de 17 h n’était toutefois pas disponible en ligne.

Le professeur à l’École des médias de l’UQAM, Jean-Hugues Roy, insiste sur l’importance de cette présence sur Internet et en mobilité, là où ça va se jouer.

Ce n’est pas seulement un bulletin de nouvelles télévisées que Noovo va faire, fait-il remarquer. Si ce n’était que ça, ce serait un suicide. L’écoute de la télévision diminue de plus en plus.

L’édition 2019 du Rapport de surveillance des télécommunications du CRTC révélait en effet que l’écoute de la télévision des Canadiens de 18 ans et plus est passée de 29 à 26 heures par semaine de 2014 à 2018. Chez les 18-34 ans, de 21 à 15 heures.

La chaîne Noovo espère tout de même pouvoir tirer parti de l'auditoire plus jeune qu'elle convoite avec ses émissions de divertissement. Son défi, et c'est celui de tous les médias, sera aussi de les intéresser à son offre en information.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !