•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Saint Patrick d'Alfred Pellan restera à Granby

Une mosaïque de petits carreaux de tuiles représentant un personnage biblique, soit saint Patrick.

La murale signée Alfred Pellan et représentant saint Patrick se trouve à Granby.

Photo : La Presse canadienne / Société d’histoire de la Haute-Yamaska / Chantal Lefebvre

Emy Lafortune

La Ville de Granby conservera le Saint Patrick d'Alfred Pellan ornant le mur d'un édifice de la MRC de La Haute-Yamaska qui doit bientôt être démoli.

La décision est tombée lundi soir lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal.

Dans un communiqué de presse, Granby a indiqué qu'elle allait s'occuper du démantèlement et du remisage de l'œuvre. Au total, ces deux opérations sont estimées à environ 80 000 dollars.

Cette somme sera assurée par le ministère de la Culture et des Communications, qui a débloqué 50 000 dollars à la dernière minute pour aider la Ville de Granby à protéger la murale. Granby devra donc injecter environ 30 000 dollars.

La désinstallation doit s'effectuer avant le 21 juin, date de démolition du bâtiment de la MRC. Le conseil municipal cherchera ensuite comment restaurer et réutiliser l'œuvre.

À la suite de l’analyse des différentes propositions, conserver l'œuvre à Granby reste l'option la plus cohérente à prendre, a indiqué le maire de la Ville de Granby, Pascal Bonin, par communiqué de presse.

Il a aussi remercié les parties qui avaient manifesté un intérêt pour la murale, dont Hydro-Québec, qui avait proposé 25 000 $ pour acquérir l'œuvre afin de l'installer à Montréal.

Victoire citoyenne

Daniel Beauregard, citoyen de Granby membre du groupe Ma ville, mon patrimoine, s'est battu, au cours des dernières semaines, pour conserver la murale d'Alfred Pellan à Granby. Il se réjouit de la décision du conseil municipal.

On a toujours défendu l'idée que dans un premier temps, l'idéal était d'investir pour la descendre et la conserver, l'arranger pour faire en sorte qu'avec le temps, on puisse s'asseoir et regarder toutes les options pour la remettre en valeur. C'était notre façon de voir les choses, et c'est ce qui semble vouloir se faire à partir de la résolution du conseil ce soir, explique-t-il.

Pour nous, le danger était que la murale ne soit finalement pas protégée, qu'elle passe au pic et à la pelle. C'était notre principale bataille, de convaincre la Ville et les conseillers de la valeur de l'œuvre et de la référence au niveau du patrimoine.

Une citation de :Daniel Beauregard, citoyen de Granby membre du groupe Ma ville, mon patrimoine

Il espère maintenant que les citoyens seront impliqués dans le choix du lieu d'exposition de la mosaïque.

Notre prochain projet va sûrement être d'essayer d'influencer pour que le conseil municipal prenne le temps de consulter les gens intéressés par le sujet, pour faire en sorte que l'œuvre ait vraiment un emplacement et une mise en valeur adéquate, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !