•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rivières Ristigouche et Matane sous surveillance

Une barrière qui bloque une route enneigée et une pancarte qui illustre un cours d'eau qui traverse un chemin.

Près d'une vingtaine de résidents du chemin Riverside sont isolés en raison de la montée des eaux.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

La rivière Ristigouche est toujours en situation d'inondation mineure tandis que les glaces se sont accumulées sur la rivière Matane, près du centre-ville, mais sans faire de dégât pour le moment.

Un embâcle d'une dizaine de kilomètres s'est formé sur la rivière Ristigouche à partir du pont interprovincial, samedi. La Municipalité et la Sécurité civile surveillent la situation.

L’aéroglisseur de la Garde côtière canadienne est à l'œuvre depuis dimanche midi pour déglacer la rivière.

Les dommages pour le moment demeurent limités.

La rivière a légèrement débordée à certains endroits comme sur la rue des Saumons.

L'école secondaire des Deux-Rivières a par ailleurs été préventivement fermée lundi et de l'eau s'est accumulée sur la rue des Saumons.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

De l'eau s'est accumulée sur la rue des Saumons. Huit résidences du chemin Riverside ont été isolées et une vingtaine de citoyens ont été touchés par les débordements de la rivière.

L'école secondaire des Deux-Rivières a été préventivement fermée lundi.

Copropriétaire du Garage Restigouche qui est situé en plein cœur des inondations, Richard Mill, croit que l'inondation aurait pu être évitée si l’aéroglisseur était arrivé plus rapidement samedi après les pluies abondantes de vendredi.

C’est la même histoire à toutes les années, il a toujours une excuse, ils sont tout le temps en retard, commente M. Mill qui a dû évacuer son commerce dans l’urgence samedi et y retourner chercher d’autres effets, dimanche, parce que l’eau continuait de monter. Ça devient frustrant, souligne le garagiste.

Le garagiste Richard Mill, debout, dehors en hiver.

Richard Mill, copropriétaire du Garage Restigouche, déplore qu'une telle situation n'a pas pu être évitée.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Dans le secteur, les caprices de la rivière Ristigouche surviennent généralement plus tard en avril. Cette inondation précoce est due aux pluies et aux températures particulièrement clémentes de la semaine dernière.

Citoyen de Matapédia, Marc Le Blanc note d’ailleurs que l’inondation a surpris bien des résidents. Comme la rivière a tardé à geler cette année, il espérait que les glaces se dégagent sans faire de dégâts.

En alerte depuis vendredi

Depuis son élection en 2017, la mairesse de Matapédia, Nicole Lagacé, doit composer avec deux inondations par année depuis trois ans : une en décembre et une autre au printemps.

La mairesse de Matapédia, Nicole Lagacé, dehors en hiver.

La Municipalité et la Sécurité civile surveillent la situation, indique la mairesse de Matapédia, Nicole Lagacé.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Cette année, devant les signes avant-coureurs comme la forte pluie ou un embâcle sur un affluent de la Ristigouche, la mairesse a sonné l’alerte dès vendredi.

Les communications avec la Sécurité civile et la Garde côtière ont été excellentes, assure la mairesse. Mme Lagacé explique le retard d’intervention en raison des forts vents dans la région de Shippagan où s’activait l’aéroglisseur.

L'aéroglisseur de la Garde côtière sur la rivière Restigouche.

L'aéroglisseur de la Garde côtière a commencé son travail dimanche midi.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Le délai, ajoute-t-elle, s’explique aussi en raison de la soudaineté des événements. C’est difficile à prévoir. Même nos observateurs ne prévoyaient pas un mouvement de glaces si important, rapporte Mme Lagacé.

Un temps plus froid bienvenu à Matane

À Matane, depuis vendredi soir, un embâcle encombre quelques kilomètres en amont du barrage situé au centre-ville.

La glace s'accumulent sur la rivière Matane.

L'embâcle qui s'est formé vendredi sur la rivière Matane n'a pas causé de dégâts bien qu'il soit tout près du centre-ville.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Les températures plus froides des derniers jours ont toutefois aidé à stabiliser la situation. Aucune résidence n’a été inondée jusqu’à maintenant.

La Ville déconseille aux résidents de fréquenter les abords de la rivière en raison du fort débit de l’eau et de l’imprévisibilité des mouvements de glaces.

La Municipalité rappelle qu’il n’y aura pas d’ouverture de centre d’hébergement d’urgence en raison des mesures sanitaires et invite les résidents des zones à risques à prévoir une solution s’il advenait un sinistre.

Avec la collaboration de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !