•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des locaux municipaux pour créer des places en CPE au Québec

La liste d’attente au Québec compte près de 51 000 enfants.

Des enfants dans une garderie.

La liste d’attente au Québec compte près de 51 000 enfants.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des locaux municipaux inutilisés pourraient accueillir des enfants et servir à la création de places en CPE, en attendant la construction de nouvelles installations. La proposition, faite par l’Association québécoise des CPE (AQCPE), a fait l’objet d’une rencontre de travail au ministère de la Famille, lundi.

À première vue, ça me semble une très bonne idée!, affirme le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, sur qui la pression est forte après avoir admis lui-même que le processus de création des places ne fonctionne plus. La liste d’attente au Québec compte près de 51 000 enfants.

La liste du CPE de la Baie, en Gaspésie, compte presque 170 noms à elle seule. La directrice a soumis une demande pour utiliser un local du presbytère de Bonaventure, que la Ville accepte de prêter.

Voisin immédiat du CPE, une quinzaine de mètres à peine les séparent.

Moi, j’ai dit au ministère, si vous me donnez le OK, le temps de commander les couchettes et de construire une autre porte […] on pourrait accueillir 26 nouveaux enfants, dont 10 poupons. On parle de deux à trois semaines.

Une citation de :Julie Dalpé, directrice du CPE de la Baie

Pour elle, il s’agirait d’une solution rapide pour les parents désespérés, en attendant l’agrandissement du CPE de la région. La pénurie d’éducatrices ne serait pas un problème, puisqu'elles-mêmes ne parviennent pas à revenir au travail à temps plein après leur congé de maternité, faute de place pour leur enfant.

L’Association québécoise des CPE prétend que des municipalités partout au Québec sont prêtes à fournir des locaux temporaires. Ils répondraient déjà aux normes de sécurité et la plupart d’entre eux ne nécessiteraient que quelques modifications pour correspondre aux critères du ministère de la Famille. L’AQCPE presse donc le gouvernement de donner le feu vert.

Des enfants de Granby réinstallés en trois semaines

L’histoire du CPE Soleil de Jeannot, à Granby, sert d’exemple. Depuis qu’un incendie a ravagé son installation l’automne dernier, les enfants occupent l’immeuble d’un ancien service de traiteur, en attendant la reconstruction.

En trois semaines, on a réussi à relocaliser nos 80 enfants dans quatre locaux différents de la ville de Granby, affirme la gestionnaire Myriam Urquizo-Grégoire. Puisqu’il s’agissait d’une urgence, elle a pu obtenir rapidement des dérogations du ministère de la Famille pour l’utilisation de locaux temporaires.

Elle croit cependant que le principe pourrait s’appliquer de manière non urgente un peu partout au Québec. Moi, je pense qu’on innoverait! C’est quelque chose que le réseau est capable d’absorber, dit-elle.

L’Association des CPE prétend que le gouvernement pourrait créer presque 20 000 places à court terme en acceptant cette proposition pour laquelle les partenaires sont mobilisés.

La jeune femme devant des casiers.

Geneviève Bélisle, directrice générale de l’Association québécoise des CPE

Photo : Radio-Canada / Frank Desoer

Ça peut être une salle communautaire ou des classes vides […] Offrir le service dans un lieu temporaire ne serait peut-être pas parfait, mais on pourrait l’aménager avec du matériel éducatif de qualité.

Une citation de :Geneviève Bélisle, directrice générale de l'AQCPE

Mathieu Lacombe a annoncé l’assouplissement de certaines règles au ministère de la Famille pour que les CPE puissent être construits dans un délai de 24 mois.

L’AQCPE croit que les enfants et leurs parents seraient bien heureux d’obtenir une place temporaire pendant la construction. D’autant plus que des locaux ont déjà été ciblés dans toutes les villes du Québec puisqu’il existe des mécanismes de réinstallation en cas d’inondation ou de sinistre dans un CPE.

Une idée à l’étude

On a eu une première discussion avec l’AQCPE il y a quelques jours à peine. On est déjà en rencontre de travail. On examine toutes les bonnes idées pour être capable d’offrir des places aux parents et à leurs enfants le plus rapidement possible, indique le ministre Lacombe.

Un homme participe à un point de presse virtuel.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

Photo : Radio-Canada

Il se dit même prêt à envisager d'assouplir la loi pour permettre la création de places. Par exemple, si Julie Dalpé obtenait le feu vert pour utiliser le presbytère de Bonaventure, elle se retrouverait à diriger six installations, alors que la loi limite ce chiffre à cinq.

Québec solidaire avait fait une proposition semblable en suggérant la mise sur pied de micro-CPE dans les régions éloignées où la demande ne justifie pas la construction d’une plus grande installation. La formation politique suggérait aussi d’utiliser des locaux municipaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !