•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donner refuge à 140 chiens : un défi pour la SPA Mauricie

Une chienne en laisse dans un corridor.

Cette chienne fait partie des animaux saisis par la SPA d'Arthabaska le 29 janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / Pascale Langlois

Pascale Langlois

Le 29 janvier dernier, la Société protectrice des animaux d’Arthabaska a effectué une des plus grosses saisies d'animaux de son histoire. Plus de 300 chiens et chats ont dû vite trouver un refuge en attendant les procédures juridiques. 140 chiens se sont retrouvés sous les soins de la SPA Mauricie.

Le directeur général, Marco Champagne, était sur les lieux lors de cette saisie. La SPA d'Arthabaska qui est venu cogner à notre porte pour savoir si on avait de la capacité d'hébergement. On en avait, donc on a participé avec plaisir à pouvoir sortir ces animaux-là de cet endroit-là.

Une fois sortis, les chiens ont subi un premier examen et reçu des vaccins. On leur donne maintenant des soins plus poussés avant qu'ils ne soient adoptés. Certains doivent passer plusieurs heures sur la table d’opération, comme Scott, un chien de 9 ans. Scott a un état très avancé au niveau de ses dents. Présentement, j'ai enlevé presque le trois quarts de ses dents, explique la médecin vétérinaire Véronique Perreault.

Les premiers chiens ont pu être adoptés la semaine dernière, mais les soins vétérinaires prennent du temps et la main-d'œuvre se fait rare. Entre 3 et 10 chiens seulement pourront être rendus disponibles sur leur site internet chaque semaine. Le processus de mise en adoption se poursuivra jusqu’à l’été et certains chiens auront besoin d'attentions spéciales.

Si certains chiens sont très sociables et viennent spontanément voir les gens, la Dre Perreault précise que certains auront besoin de plus temps d'adaptation. Il va falloir les apprivoiser tout doucement, mentionne-t-elle en ajoutant qu’ils sont tous très gentils.

Un avocat pour retrouver sa chienne

La Trifluvienne Chantal Bronsard avait rencontré sa Rebel quelques heures seulement avant que la SPA d’Arthabaska n'effectue la saisie. J'étais très inquiète de ne pas pouvoir la revoir. On a payé des frais d'avocat pour pouvoir déposer une requête pour justement avoir le chiot qu'on avait choisi, raconte-t-elle.

Elle est tout de même soulagée que Rebel soit passée par les soins de la SPA pendant que le processus judiciaire suivait son cours. Elle a pu retrouver sa jeune chienne il y a 10 jours.

C'est sûr que Rebel, c'est un chien qui a trouvé une famille pour la vie, conclut Chantal Bronsard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !