•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Ford n'exclut pas un autre report de la semaine de relâche

Une enseignante qui porte un couvre-visage se déplace dans une classe vide.

La semaine de relâche est prévue du 12 au 16 avril en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le gouvernement Ford regrette-t-il sa décision d'avoir repoussé d'un mois la semaine de relâche? Le congé scolaire doit maintenant avoir lieu du 12 au 16 avril pour quelque deux millions d'élèves ontariens, mais le gouvernement pourrait en décider autrement si la pression sur le système de santé continue de s'accentuer.

Au début février, le gouvernement ontarien annonçait que la relâche scolaire était retardée d'un mois. Il faisait alors le pari qu'un congé au mois d'avril serait plus sécuritaire. La décision avait été appuyée par le groupe pour le consensus en matière de modélisation et de conseils scientifiques et par la cheffe de la santé publique canadienne.

Le gouvernement pensait ainsi s'acheter du temps pour vacciner un maximum de personnes. On ne se doutait pas que les cas quotidiens de COVID-19 recommenceraient à grimper si rapidement.

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce, en visite dans une école avec le premier ministre Doug Ford, se désinfecte les mains.

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce, ici en visite dans une école avec le premier ministre Doug Ford, assure que la sécurité des élèves, du personnel et de leurs familles est une priorité.

Photo : La Presse canadienne / Carlos Osorio

Pour l'heure, le gouvernement n'a pas l'intention d'annuler ou de repousser une seconde fois la relâche scolaire. Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, avoue cependant suivre la situation de près. Il continuera de solliciter l'avis du médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr David Williams.

Nous continuons à travailler avec le médecin hygiéniste en chef pour nous assurer que les vacances d'avril sont sans danger.

Une citation de :Stephen Lecce, ministre de l'Éducation de l'Ontario

La progression des chiffres représente évidemment un défi pour la province. Pour l'instant, nous allons de l'avant, a laissé savoir le ministre, lundi, devant les journalistes.

Le ministre promet aussi que les protocoles de prévention des infections actuellement en place dans les écoles seront renforcés au retour de la relâche.

Tout comme son ministre de l'Éducation, le premier ministre ontarien, Doug Ford, a joué de prudence lundi. Il a assuré que la situation serait révisée régulièrement. Le ministre [de l'Éducation] gardera un œil attentif là-dessus, le médecin hygiéniste et moi-même ferons de même, a indiqué Doug Ford, en marge de son annonce.

Pour être très honnête, je ne veux pas prévoir les choses deux semaines à l'avance. Mais nous serons ici tous les jours pour communiquer avec les gens.

Une citation de :Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Doug Ford a cependant promis qu'il donnerait une « direction claire » aux parents d'ici la fin de la semaine. Le premier ministre s'est dit conscient que les familles avaient besoin de prévisibilité.

Pour l'heure, le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef, n'a pas encore fait une croix sur un congé scolaire en avril. Il se montre même rassurant, puisque la transmission dans les écoles demeure maîtrisée pour l'instant.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, répond à une question lors d'une conférence de presse du gouvernement.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Nos taux de positivité sont inférieurs à 1 %. C'est certainement rassurant, explique le Dr Williams.

Il prévient cependant que les protocoles en place dans le réseau scolaire devront être appliqués à la lettre afin de limiter les éclosions au retour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !