•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cliniques privées de soins infirmiers veulent vacciner

Une infirmière montre les stocks de vaccins dans un frigidaire.

Dominique Landry est infirmière-clinicienne et propriétaire de la clinique Priva Santé, à Sainte-Marie, en Beauce.

Photo : Radio-Canada

Pierre-Alexandre Bolduc

Les cliniques privées de soins infirmiers veulent des vaccins contre la COVID-19 dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches. Sauf que pour l'instant, les propriétaires de ces cliniques se sentent ignorés par le gouvernement Legault.

Alors qu’environ 3,3 millions de doses du vaccin contre le coronavirus sont attendues au Canada cette semaine, les cliniques privées de soins infirmiers veulent contribuer à l’effort de guerre pour immuniser la population le plus rapidement possible.

Mais pour l’instant, la campagne de vaccination se déroule dans les grands centres de vaccination ou dans les CLSC désignés dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches.

À partir de la mi-avril, les gens pourront aussi aller à la pharmacie dans la grande région de Québec.

C'est pas juste parce que ça fait longtemps qu'on est habitués à faire ça pis là y nous mettent de côté, lance la propriétaire de la clinique Priva Santé, Dominique Landry.

L’infirmière clinicienne offre déjà le vaccin contre l’influenza en temps normal. Elle ne comprend pas pourquoi cette fois-ci, le gouvernement ne profite pas de l’expertise de son équipe.

Nous autres on est tous formés. Tu nous as toutes là! Prends-nous tout de suite! Pas de formation. Ils nous les amènent demain matin on vaccine nous autres là. On est prêt, s'exclame-t-elle.

20 appels par jour pour recevoir le vaccin contre la COVID-19

À la clinique Soins Santé GC, à Beauport, le téléphone ne dérougit pas. Au moins une vingtaine de personnes appellent pour se faire vacciner contre le coronavirus chaque jour. Certains sont même prêts à payer pour recevoir une première dose.

On est facilement capable de vacciner une centaine de personnes par jour.

Une citation de :Geneviève Cloutier, infirmière clinicienne et propriétaire de la clinique Soins Santé GC

La propriétaire de la clinique Geneviève Cloutier a tenté d'obtenir des réponses au sein du réseau de la santé pour savoir quand elle pourrait obtenir des doses du vaccin sans succès.

Une infirmière clinicienne en entrevue avec Radio-Canada.

Geneviève Cloutier est infirmière clinicienne et propriétaire de la clinique Soins Santé GC, à Beauport.

Photo : Radio-Canada

On a envoyé des courriels au ministère de la Santé, à la ministre Guilbault. J'ai été référée à mon député local... à la santé publique... J'ai fait plusieurs démarches en fait, explique Geneviève Cloutier.

Depuis mercredi dernier, Radio-Canada a aussi tenté de savoir si les cliniques privées de soins infirmiers seraient éventuellement mises à contribution. Le ministère de la Santé n’a pas répondu au moment d'écrire ces lignes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !