•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Drame à North Vancouver : des motifs toujours inconnus

Un garçon dépose des fleurs devant le mémorial pour les victimes de North Vancouver.

De nombreux personnes sont venues déposer des fleurs et des cartes devant la bibliothèque Lynn Valley, à North Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Benoit Ferradini

Wildinette Paul

Il est encore trop tôt pour déterminer les motifs de celui qui a perpétré l'attaque au couteau samedi à North Vancouver. Mais il n’existe aucune preuve établissant un lien entre l’accusé et les victimes, selon l’Équipe intégrée d’enquête sur les homicides (EIEH).

Cinq femmes et un homme, âgés de 22 ans à 78 ans, ont été blessés lors de l'attaque à l'arme blanche à la bibliothèque du quartier de Lynn Valley, à North Vancouver, samedi. Une femme dans la vingtaine a succombé aux blessures qui lui ont été infligées.

Yannick Bandaogo, 28 ans, est accusé de meurtre au second degré.

Les autorités tentent de faire la lumière sur ce qui l’a poussé à agir. Les enquêteurs essaient aussi d’établir pourquoi Yannik Bandaogo est venu en Colombie-Britannique et plus précisément à North Vancouver. Il semble n’avoir aucun lien entre l’accusé et les victimes. L’accusé ne semble n’avoir aucun lien avec North Vancouver , soutient le sergent d'état-major Martin Guay et porte-parole pour la Gendarmerie royale du Canada. (GRC).

Selon l'Équipe intégrée d'enquête sur les homicides (EIEH), l'accusé n'a pas d'adresse fixe. Il a des liens avec le Québec et un passé criminel comprenant des crimes violents, croient les enquêteurs. Il avait un mandat d’arrestation qui venait également du Québec. Il a aussi des liens avec d’autres parties du Canada , ajoute M. Guay.

L'enquête est au stade préliminaire, a indiqué l'inspectrice Michelle Tansey, lors d'un point de presse lundi après-midi.midi.

« C’est un drame profond et tragique. L’EIEH s'engage à mener une enquête complète, sans négliger aucune piste. »

— Une citation de  Michelle Tansey, Équipe intégrée d'enquête sur les homicides

La première comparution de Yannick Bandaogo devait avoir lieu lundi, mais a été remise à jeudi.

Une communauté bouleversée

C’était juste un moment effrayant. Nous ne savions pas combien de victimes il allait y avoir, se souvient Steve Mossop, un passant qui a porté secours à des victimes samedi. Revenir sur les lieux du drame est encore difficile pour lui.

« C’est bouleversant. Plus le temps passe, plus on constate l’ampleur des événements.  »

— Une citation de  Steve Mossop

L’endroit où l’attaque a eu lieu est symbolique pour les membres de la communauté. C’est là où les lumières de Noël sont installées, dit Steve Mossop. C’est ici qu’il y a la vente des livres. Nous sommes tous touchés.

Une dame portant un parapluie pose des fleurs sur le trottoir devant la bibliothèque Lynn Valley.

Des gerbes de fleurs ont été déposées devant la bibliothèque Lynn Valley à North Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Trois jours après la tragédie, les Vancouvérois sont toujours nombreux à venir se recueillir près de la bibliothèque Lynn Valley. Je devais être là physiquement, voir le mémorial grossir et simplement prendre le temps de penser aux victimes, explique Claire Stevenson, une résidente de Vancouver.

Soutien pour la communauté

Le maire du district de North Vancouver, Mike Little, a annoncé qu’un centre d’aide a été mis en place au centre communautaire et récréatif Karen Magnussen.

Des services de soutien sont offerts aux membres de la communauté de 11 h à 18 h pour les sept prochains jours.

Le maire a également salué l’aide apportée par des résidents aux victimes.

Avec les informations de Benoît Ferradini

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !