•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’influence de la famille Kardashian : entre culture populaire, féminisme et scandale

La fin de la téléréalité Keeping Up with the Kardashians marque une nouvelle ère. Admirée, mais surtout hautement critiquée, la famille aura eu un impact qui se fera sentir encore longtemps.

Kris, Kourtney, Khloe et Kim Kardashian posent pour la caméra aux E! People's Choice Awards en 2019.

Kris, Kourtney, Khloe et Kim Kardashian entament la 20e et ultime saison de « Keeping Up with the Kardashians » sur les ondes de E!.

Photo : Getty Images / Frazer Harrison

Carolle-Anne Tremblay-Levasseur

L’ultime saison de Keeping Up with the Kardashians s’entame ce mois-ci sur les ondes de E!. Kim Kardashian et ses sœurs tirent un trait sur ce qui est devenu un véritable monument de la culture populaire. Elles séduisent et dérangent. Pourquoi les Kardashian fascinent-elles autant?

C’est en 2007 que la famille Kardashian s’est dévoilée pour la première fois à la télévision sur la chaîne E!. Et après toutes ces années devant l'œil du public, une chose est certaine : les Kardashian divisent le public. 

Elles sont applaudies pour leur succès en affaires, elles sont détestées pour leur superficialité. Simplement évoquer le nom Kardashian peut provoquer autant de la moquerie et du dégoût que de la pure admiration. Mais ces femmes ne laissent personne indifférent. 

Keeping Up with the Kardashians s’inscrit dans une longue lignée de téléréalités américaines comme The Simple Life et The Osbournes. Mais à ses débuts, personne ne se doutait de l’influence qu’aurait le clan Kardashian sur la télévision et la culture populaire. 

Quelques membres du clan Kardashian

Une poignée de Kardashian en 2011

Photo : Getty Images / Toby Canham

La téléréalité met en scène Kim Kardashian et ses sœurs, Kourtney, Khloé, Kendall et Kylie, de même que leur frère, Rob, et leur mère, Kris. Les sœurs font maintenant leurs adieux à l’émission qui les a vues naître après 14 ans de diffusion, 20 saisons et 266 épisodes. 

Cette émission est un rappel du pouvoir de la télévision.

Une citation de :Martine St-Victor, stratège en communication et fondatrice de Milagro Atelier de relations publiques

Bien que la popularité de la télévision ait été mise en doute au cours des 10 dernières années, elle reste considérable. Martine St-Victor explique que ce médium détient plus d’influence que tous les autres encore à ce jour. 

Les Kardashian sont le fruit du petit écran. Le public a été témoin du meilleur et du pire de cette famille. Ce qui l’a distinguée des autres figures de la téléréalité de l’époque, c’est la gestion et la capitalisation de l’exploitation de son image : l’intimité des Kardashian a un prix. 

Un modèle d’affaires unique et novateur

Elles sont arrivées à tirer profit de qui elles sont. Les Kardashian sont les influenceuses par excellence. - Martine St-Victor 

À l’arrivée des réseaux sociaux, le clan a tout de suite sauté sur l’occasion d’utiliser ces nouveaux canaux pour se promouvoir et perfectionner leur image. Elles ont amené ce modèle à l’extrême : elles ne font plus rien gratuitement, souligne Mme St-Victor. Puis, les autres célébrités ont suivi et adopté ce modèle. 

Martine St-Victor y voit un vrai tour de force : S’il s’agissait de cinq frères qui avaient acquis une si grande indépendance financière aux États-Unis, ils seraient beaucoup plus louangés que les Kardashian.  

Elle croit d’ailleurs que les sœurs et la mère sont de redoutables femmes d'affaires, ce qui amène une représentation nécessaire d’indépendance financière. C’est aussi ce qu’avance la chroniqueuse Vanessa Destiné.

En 2019, celle-ci a signé un texte sur la haine envers Kim Kardashian. Intitulé « Pour la réhabilitation de Kim Kardashian West (Nouvelle fenêtre) », la chroniqueuse se questionne sur le traitement réservé à cette dernière. Est-ce que c’est Kim ou la culture de la célébrité qui l’a fait naître que l’on veut vraiment dénoncer? 

Kanye West, Kim Kardashian et Kourtney Kardashian à un défilé de mode à Paris, le 29 septembre 2016

Kanye West, Kim Kardashian et Kourtney Kardashian à un défilé de mode à Paris, le 29 septembre 2016

Photo : ALAIN JOCARD/AFP/Getty Images

Cette émancipation financière est peut-être très superficielle pour plusieurs dans la lutte féministe. Mais tout au long des saisons, ce qu’on a vu… c’est de l’affirmation féministe.

Une citation de :Vanessa Destiné

En 2019, Kim Kardashian a annoncé au magazine américain Vogue qu’elle comptait devenir avocate pour se consacrer à son projet de réforme pénitentiaire. Elle suivait les traces de son père, Robert Kardashian, connu entre autres pour avoir été l’avocat d’O.J. Simpson. La star de la téléréalité est aujourd’hui considérée comme une véritable force en justice criminelle aux États-Unis (Nouvelle fenêtre)

Elle s’est dit : "Moi j’ai l’influence, je vais réussir à changer des choses". On ne lui donne pas ce crédit-là parce qu’on ne l’aime pas.

Une citation de :Martine St-Victor

Reste que la moquerie n’est toujours pas très loin. Kim Kardashian s’est retrouvée une fois de plus au cœur d’une tempête médiatique alors que les critiques lui reprochaient de s’improviser avocate et de tirer profit d’une cause sociale d’envergure. 

Elle a rencontré le président américain Donald Trump en 2018 pour discuter des peines d’emprisonnement et de la réforme du système carcéral. Puis, elle a participé au processus de libération de plusieurs personnes incarcérées, dont Alice Marie Johnson qui était derrière les barreaux depuis 22 ans pour un crime non violent. 

Vous lui dites qu’elle ne fait rien de son temps, de son argent, de son influence, et quand elle vous donne une manifestation de ce qu’elle peut faire... tout le monde rit d’elle.

Une citation de :Vanessa Destiné

Sa rencontre à Washington a créé une certaine commotion. Pourquoi le président prenait-il de son précieux temps pour rencontrer une starlette? 

Vanessa Destiné estime que l’influence de Kim Kardashian est comparable à celle de nombreuses autres célébrités qui parlent devant l’Organisation des Nations unies ou qui s’engagent dans des missions humanitaires. Mais personne ne lève le nez autant sur les autres , note-t-elle. 

La haine envers les Kardashian expliquée 

Parler des Kardashian, c’est aussi toucher à beaucoup de questions épineuses. L’argent, l’appropriation culturelle, le féminisme, la diversité corporelle, les relations interraciales, les enjeux LGBTQ+... Au cours des dernières années, la famille a connu son lot de scandales. 

Le plus célèbre : la fameuse vidéo pornographique de Kim Kardashian avec Ray J diffusée sans son approbation en 2007. 

«  Une femme qui est maîtresse de sa sexualité est vue comme une débauchée, mais son sex tape, elle ne l’a pas fait seule. Il y avait un homme avec elle et on n’en entend pas parler Ray, le frère de Brandy [Norwood]. » - Vanessa Destiné, chroniqueuse

Des années plus tard, Kim Kardashian n’arrive toujours pas à effacer de la mémoire collective cette vidéo intime qu’elle n’a jamais voulu voir exposée au grand jour. Ses critiques en parlent encore comme étant la preuve de son impertinence. 

Le mépris ne va pas s’éloigner du jour au lendemain; le public ne pardonne pas facilement aux femmes. Elles sont vues de façon très unidimensionnelle sous le prisme de la vierge, de la mère ou de la putain. - Vanessa Destiné  

Anouk Bélanger est professeure titulaire au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse au phénomène de la célébrité. 

On observe un tiraillement chez une partie du public : on est impressionnés par leur succès, mais un peu dégoûtés par la superficialité de l’entreprise.

Une citation de :Anouk Bélanger

Elle ajoute que c’est peut-être la superficialité de la culture de la célébrité et de la consommation qui est au cœur de ce dégoût plus que la famille en tant que telle

Cette haine est solidement ancrée dans la misogynie qui découle du patriarcat : on aime une femme qui expose ses atouts, mais pas si elle est en contrôle. - Vanessa Destiné  

Un monde de contradictions 

Le divorce de Khloé, les problèmes de consommation de Scott, la transition de Caitlyn, les grossesses difficiles de Kim, la bipolarité de Kanye… Les drames de la famille Kardashian ont alimenté pas mal de conversations. 

En juin 2015, Caitlyn Jenner faisait la une du Vanity Fair. Depuis les débuts de la téléréalité, on avait vu l’ex-athlète olympique évoluer au sein de la famille, divorcer de Kris Jenner, et ensuite entamer sa transition aux yeux du monde entier – une transition qui a été difficile à accepter pour le clan Kardashian. 

Caitlyn Jenner pose devant la caméra.

Caitlyn Jenner sur la page couverture du magazine « Vanity Fair » en 2015.

Photo : Associated Press / VANITY FAIR/ANNIE LEIBOVITZ

La transition de Caitlyn Jenner à la télévision a sans doute aidé la cause LGBTQ+. Ça a été très marquant.

Une citation de :Martine St-Victor

Les problèmes des Kardashian peuvent être universels, mais ils sont vécus dans des conditions extraordinaires. C’est ce que croit Anouk Bélanger. Le discours avancé dans l’émission s’inscrit dans cette tendance néolibérale de l'entrepreneuriat de soi qui laisse trop souvent les réalités des autres de côté. 

Au lieu d’ouvrir des espaces pour discuter de vraies misères auxquelles elles pourraient s’identifier en raison de leurs circonstances, on les ramène à leur script à elle. - Anouk Bélanger

Les sœurs Kourtney, Khloé et Kim ont souvent été critiquées pour encourager un modèle de beauté inatteignable et pour faire de l’appropriation culturelle. Cheveux noirs, lèvres pulpeuses, courbes prononcées, les traits des sœurs s'éloignent de la majorité blanche selon Vanessa Destiné. Elle note qu'il ne faut pas oublier que les trois sœurs sont à moitié arménienne.

Plusieurs critiques affirment que les Kardashian tirent profit de la communauté noire, mais on ne connaît pas les raisons personnelles qui les ont menées vers ça. - Vanessa Destiné

En grandissant, Vanessa Destiné a vu plusieurs de ses proches des communautés asiatique ou arabe s’identifier à la culture noire parce qu’aucun modèle ne les représentait dans les médias traditionnels. Elle croit qu’il s’agit d’un moyen pour ces personnes de se construire un sentiment d’appartenance à un autre groupe que le groupe dominant dans lequel elles n’arrivent pas à faire leur place. 

Elle déplore toutefois le fait que les Kardashian sont louangées pour des styles de cheveux ou des tendances créés par la communauté noire, mais que le mérite soit plutôt attribué aux sœurs.

Kim : le corps de la discorde 

Les femmes Kardashian ont soulevé un tollé en ligne à de nombreuses reprises pour avoir retouché leurs corps sur des photos, pour faire la promotion de régimes alimentaires ou de la chirurgie esthétique. 

Ce n’est pas à Kim Kardashian de porter l’éducation des jeunes filles sur ses épaules.

Une citation de :Vanessa Destiné

Vanessa Destiné mentionne que les sœurs sont prises au cœur de contradictions comme toutes les femmes : elles vont célébrer l’indépendance, mais elles vont se faire injecter du Botox. La chroniqueuse voit mal comment les Kardashian pourraient naviguer dans la vie sans tomber dans le piège du patriarcat au quotidien. C’est un conditionnement social qui n’épargne personne , soutient-elle. 

Des conversations ordinaires dans la cuisine de Kris à la première apparition de Kim au gala du Met, les Kardashian ont marqué la télévision américaine. Elles quitteront le petit écran après 20 saisons cette année, après avoir marqué la culture populaire… et incarné ses contradictions. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !