•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta plafonne la rémunération de plus de 400 cadres en éducation postsecondaire

Le gel des salaires se poursuit également pour les cadres du postsecondaire, les gestionnaires de la fonction publique et les fonctionnaires non syndiqués.

Le ministres de Finances de l'Alberta, Travis Toews, en pleine allocution.

Le ministre des Finances de l’Alberta, Travis Toews, espère économiser 3,7 millions de dollars d’ici 2023  avec ces changements à la rémunération des cadres du postsecondaire.

Photo : Gouvernement de l'Alberta

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Universités, collèges et écoles polytechniques de l’Alberta devront respecter de nouvelles limites provinciales sur la rémunération et les avantages sociaux qu’ils peuvent offrir à leurs hauts dirigeants.

Jeudi, 425 vice-recteurs et doyens d'établissements postsecondaires en Alberta verront leur rémunération totale plafonnée selon une nouvelle grille salariale établie par le gouvernement. Ces changements s’appliqueront dans 20 des 26 établissements de la province.

Le plafonnement imposé par le gouvernement s’appliquera immédiatement aux nouvelles embauches, indique la porte-parole du ministre des Finances de l’Alberta, Charlotte Taillon.

Les établissements concernés auront également jusqu’à deux ans pour transférer les cadres actuels vers de nouveaux contrats.

Cela contribue à harmoniser la rémunération des cadres supérieurs au postsecondaire en Alberta avec celle des autres provinces pour s'assurer que l'argent des contribuables est dépensé le plus efficacement possible dans l’intérêt de tous les Albertains, a affirmé Charlotte Taillon dans un courriel à CBC/Radio-Canada la semaine dernière.

Pour les plus grands établissements, comme l’Université de l’Alberta, les cadres supérieurs qui relèvent d’un recteur ne peuvent gagner plus de 391 125 $ par année.

La rémunération de ces cadres dans un plus petit établissement, tel que le Collège d'Olds, est plafonnée à 205 713 $ annuellement.

Certains doyens gagnent beaucoup plus que ces montants, selon les listes publiques de divulgation des salaires. Par exemple, le doyen de la Faculté d'administration de l'Université de l'Alberta a reçu 477 157 $ en salaire de base et en avantages sociaux en 2019.

Le gouvernement de l’Alberta espère économiser près de 3,7 millions de dollars par année grâce à cette mesure dès 2023, explique Mme Taillon.

L’ancien gouvernement néo-démocrate avait introduit en 2018 un plafond salarial pour 20 recteurs au niveau postsecondaire, qualifiant alors leurs salaires et avantages sociaux d’exorbitants.

Crainte pour la concurrence

CBC/Radio-Canada a tenté de joindre les administrateurs de plusieurs établissements postsecondaires pour connaître leur réaction face à cette nouvelle mesure.

Seule l'Université de Calgary a répondu, affirmant dans une déclaration écrite que le ministre de l'Enseignement supérieur ne lui avait donné qu'un jour de préavis en ce qui a trait aux changements à venir.

Nous soutenons l'objectif de réduction des coûts administratifs dans les établissements postsecondaires de l'Alberta, mais nous craignons que [...] ces limites ne diminuent notre capacité à attirer des talents dans un marché compétitif, indique le communiqué.

Nous craignons également que ce règlement ne modifie, dans certains cas, des contrats récemment conclus de bonne foi et, ainsi, ne nuise à la réputation de l'Université de Calgary et de l'Alberta comme lieu de travail, ajoute-t-il.

Prolongement du gel salarial dans le secteur public

Toujours en vue de diminuer ses dépenses, le gouvernement conservateur uni prolonge également le gel salarial des dirigeants du postsecondaire jusqu'au 31 mars 2022.

Plus de 6000 gestionnaires de la fonction publique provinciale et fonctionnaires non syndiqués devront encore attendre un an avant d'envisager une augmentation salariale. Ils n'en ont pas eu depuis 2016, lorsque le gouvernement néo-démocrate de l'époque avait imposé un gel.

La prolongation de ce gel est une mesure responsable étant donné l'accumulation de la dette de la province, estime Charlotte Taillon.

Cela devrait permettre au gouvernement d'économiser près de 18 millions de dollars cette année, ajoute-t-elle.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...