•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat demande la priorité de vaccination pour les chauffeurs de bus

Un bus de Winnipeg Transit affiche le message « social distancing ».

Le président du syndicat des transports en commun estime qu'il est temps de reconsidérer l'ajout des chauffeurs à la liste des personnes admissibles aux vaccins.

Photo : Radio-Canada / Dana Hatherly

Radio-Canada

Le syndicat représentant les employés du service de transport en commun de Winnipeg demande à nouveau que ses membres soient vaccinés contre la COVID-19 en priorité. Il craint que les variants ne déclenchent une éclosion importante qui paralyserait le système de transport.

Nous ne devons pas faire preuve de complaisance, a déclaré le président de la section 1505 de l'Amalgamated Transit Union, Romeo Ignacio. Nos membres sont exposés au public tous les jours.

Le syndicat a demandé la priorisation des chauffeurs de bus pour la première fois à la mi-janvier, alors que la campagne de vaccination du Manitoba en était à ses débuts.

Depuis, les variants britannique et sud-africain sont arrivés dans la province, qui comptait 123 cas de variants dimanche. Tout sauf 5 ont été découverts dans la région sanitaire de Winnipeg.

En raison de la propagation de cette souche plus contagieuse, M. Ignacio demande donc que soit reconsidérée la décision de ne pas ajouter les travailleurs du transport en commun à la liste des personnes admissibles aux vaccins en raison de leur travail.

Nous ne demandons pas à être les premiers de la file. Nous voulons simplement nous assurer que nous tenons compte de l'exposition de nos travailleurs, a-t-il dit.

Un porte-parole provincial a expliqué que le groupe de travail sur la vaccination continue d'élargir ses critères d'admissibilité en se fondant sur les conseils de plus de 60 experts médicaux, dont des médecins, des épidémiologistes, des pharmaciens et des infirmières.

À l'heure actuelle, l'âge et certaines conditions médicales sous-jacentes continuent d'être les plus grands risques de conséquences graves de la COVID-19, a ajouté le porte-parole dans une déclaration envoyée par courriel dimanche.

Bien que l'offre de vaccins augmente lentement, nous devons encore prendre des décisions très importantes et difficiles sur la façon d'allouer cette protection qui sauve des vies, a-t-il affirmé.

Le président du syndicat des chauffeurs de bus de Winnipeg devant des micros.

Romeo Ignacio se dit inquiet des interruptions de service possibles si des variants devaient entraîner une épidémie chez les chauffeurs d'autobus de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Romeo Ignacio a déclaré que le syndicat s'inquiète de la rapidité à laquelle les variants pourraient se propager parmi ses membres et du potentiel de cette propagation à perturber le service de bus.

M. Ignacio a ajouté que le nombre d'usagers augmente à nouveau lentement alors que le système de transport en commun continue de fonctionner à capacité réduite. Il craint donc que les bus bondés n'exacerbent le potentiel de propagation.

Le président a fait savoir que les écrans de protection installés sur les bus avant la pandémie sont destinés à limiter les altercations entre les usagers et les chauffeurs et non à protéger contre les particules virales.

Il a donc demandé des protections efficaces pour les chauffeurs contre la COVID-19.

Contacté par courriel dimanche, un porte-parole de la Ville de Winnipeg n’a pas voulu commenter les mesures de protection prises par Winnipeg Transit pour ses conducteurs.

Cependant, il a précisé que la Ville espère que les vaccins seront distribués aux travailleurs de première ligne, y compris les chauffeurs de bus, dès que l'offre sera plus importante.

La section 1505 de l'Amalgamated Transit Union compte environ 1500 membres, dont 1100 conducteurs de bus.

Depuis novembre, 15 membres du syndicat ont déclaré avoir été infectés par la COVID-19, selon Romeo Ignacio.

Avec les informations de Peggy Lam

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !