•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Migrants : Solidarité sans frontières annonce une marche de sept jours vers Ottawa

Des sans-papiers manifestent.

Manifestation de sans-papiers devant des bureaux d’Immigration Canada, le 26 juillet 2020, à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Des « migrants sans papiers et leurs alliés » marcheront de Montréal vers Ottawa pendant sept jours cet été afin de réclamer un programme « complet et continu » de régularisation des migrants sans statut, a annoncé samedi le groupe Solidarité sans frontières.

M. Trudeau, nous sommes fatigués d'attendre. Nous arrivons, a écrit l'organisme dans un communiqué de presse annonçant cette marche historique prévue du 18 au 25 juillet.

Les migrants travaillent au premier rang du danger, mais il n'y a personne qui reconnaît leurs efforts, a déclaré Samira Jasmin, une porte-parole de Solidarité sans frontière.

On tente notre chance, a-t-elle laissé tomber avant d'admettre qu'elle-même n'a pas de statut malgré de nombreux efforts pour régulariser sa situation depuis qu'elle est arrivée d'Algérie il y a huit ans.

Mme Jasmin s'explique mal pourquoi le gouvernement canadien cherche des immigrants ailleurs, alors qu'il y a des milliers de gens qui sont ici sans statut, qui ont les capacités [...], ils sont prêts, ils parlent la langue.

D'autres groupes de pression ont indiqué qu'ils prendront part à la marche, dont la Fédération des femmes du Québec. Celle-ci dit dénoncer l'hypocrisie des gouvernements et des systèmes, qui profitent de l'exploitation des travailleurs sans papiers. Ces derniers font pourtant fonctionner la société même s'ils subissent la peur constante de la déportation.

Les locataires sans statut sont affectés de manière disproportionnée par la pénurie de logements étant donné qu'ils ne peuvent pas avoir accès à un logement subventionné au Québec, a indiqué le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), en annonçant sa participation à l'événement.

Le Québec est en fait l'une des provinces les plus restrictives en matière d'accès au logement social pour les personnes demandeuses d'asile, les réfugiés, les sans-statut étant donné que seuls les résidents permanents y ont accès, a noté Véronique Laflamme, une porte-parole du FRAPRU.

En janvier 2020, des milliers de migrants ont quitté le Honduras dans l'espoir de se rendre aux États-Unis. Le parcours de leur caravane, qui s'est échelonné sur des semaines, a attiré l'attention du monde entier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !