•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut s’armer de patience pour se procurer un vélo en Mauricie

Un vélo accroché au mur alors que des clients sont conseillés.

Les clients ont commencé leurs achats plus tôt cette année pour s'assurer d'avoir un vélo à temps pour l'été.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Depuis un an, une panoplie d’articles et d’équipements de sport et de plein air ont connu une popularité grandissante en raison de la pandémie. Encore cette année, ceux qui avaient l’intention de se rabattre sur le vélo pour profiter de la saison chaude devront être patients.

Chez Laferté Bicycles, à Trois-Rivières, les commandes arrivent au compte-gouttes. Les fabricants de pièces ont écoulé leur stock avec la hausse de la demande l’année dernière. Certaines commandes attendent au quai des ports pour être embarquées.

Même avec le double de vélos commandés pour cette saison, les clients devront être patients. Tout est décalé, explique Martin Rivard, conseiller chez Laferté Biclycle.

Ça s’explique, selon lui, par l’attente pour des pièces, comme les chaînes, les engrenages et des groupes pour équiper un cadre de vélo.

Un homme qui tient un vélo.

Martin Rivard est conseiller chez Laferté Biclycles, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Il peut y avoir des 200 et des 300 jours d’attente dans certaines compagnies et dans certains modèles, poursuit-il avant d’ajouter que même les réparations pourraient être plus compliquées à cause du manque de pièces.

En plus des retards de livraison, il y a aussi le fait que les clients ont commencé leurs achats plus tôt. On a vendu 95 % de ce qu’on pensait possible de recevoir cette année, du moins dans le vélo électrique, ça définitivement, il n’y en a presque plus, même compte tenu de ce qui doit arriver, c’est prévendu, si on veut. Dans le vélo de montagne, la demande est incroyable. On accumulait des noms depuis l’automne dernier, souligne Martin Rivard.

Un vélo sur un socle.

Certaines commandes attendent au quai des ports pour être embarquées.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Peu de vélos se retrouvent pour le moment dans le marché de seconde main. Selon lui, plusieurs revendeurs affichent même des vélos à leur prix de vente neuf.

Martin Rivard promet tout de même des arrivages au cours des prochains mois. On s’attend à ce qu’à la fin juin ou le début juillet tout soit normal et on va peut-être avoir un peu beaucoup de vélos à vendre.

D'après le reportage de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !