•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des drogues coupées aux opioïdes font des ravages dans le nord de la province

Une femme tient une seringue.

En janvier et février 2021 seulement, la région de Fort St John compte 28 morts par surdose.

Photo : Getty Images / urbazon

Radio-Canada

Une intervenante auprès des personnes souffrant de dépendance aux drogues attribue le haut taux de surdoses de la région de Fort St John aux mélanges toxiques de drogue qui circulent dans les rues de la ville.

On voit des gens faire des surdoses tous les jours, explique Lisa Jewell, la coordonnatrice à la sensibilisation de la Société de ressources pour femmes de Fort St John.

On sait que les drogues de rue sont extrêmement toxiques [et] c’est fou de voir combien de personnes en meurent.

Durant les deux premiers mois de 2021 seulement, 28 personnes ont succombé à une surdose de drogues illégales dans la région, ce qui donne un taux de 73 décès par 100 000 habitants.

Vancouver se classe au deuxième rang de ce triste palmarès avec 64,2 morts par 100 000 habitants durant la même période.

Dans son dernier rapport, le Service des coroners de la province précise toutefois qu’il est encore trop tôt pour tracer un juste portrait de la situation compte tenu du peu de temps écoulé dans l’année.

Malgré tout, Mme Jewell croit qu’un nouvel amalgame de drogues appelé suicide vendu dans la rue est à l’origine du fort taux de décès de sa région.

Ça semble être une version plus forte du mélange d’héroïne et de fentanyl. Certains disent que ça donne l’effet du carfentanil.

Selon la directrice des services spécialisés de la région du nord-est à la régie de la santé Northern Health, Donna Ward, la drogue suicide circule depuis déjà un certain temps, mais a récemment adopté ce surnom.

Ça m’attriste qu’on lui ait donné ce nom, explique-t-elle. C’est juste le même mélange que celui qui circule partout dans le monde et dans lequel on contamine un opiacé avec du fentanyl.

Mesures d’atténuation

Devant l’augmentation des morts par surdose, Lisa Jewell invite les consommateurs à recourir au système de compagnonnage afin d’éviter de consommer seul ou de mourir en cas de surdose.

Donna Ward précise que certaines initiatives seront bientôt lancées pour contrer la vague de surdoses mortelles à Fort St John.

Dès lundi, une nouvelle équipe de sensibilisation se met en branle. Elle travaillera cinq jours par semaine et fournira du matériel sécuritaire, tout en ramassant les seringues et l’équipement souillés.

En avril, une fourgonnette transformée centre mobile de prévention des surdoses doit également prendre la route.

Cette dernière sera une grande amélioration par rapport à l’actuel centre de prévention des surdoses situé au troisième étage d’une édifice à bureaux, croit Mme Ward.

Elle sera dans la rue au quotidien, explique-t-elle. On espère voir le nombre [de surdoses] diminuer avec ce service.

En janvier et en février 2021, 320 personnes sont mortes de surdoses en Colombie-Britannique, selon le dernier rapport du Service des coroners de la province.

Avec les informations de Tom Popyk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !