•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'homme qui a tiré sur un policier à Gore Bay avait de nombreuses armes, dit l'UES

Deux policiers près d'un véhicule de patrouille.

La fusillade est survenue en novembre 2020, à Gore Bay.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

L’homme impliqué dans une fusillade mortelle avec un agent de la Police provinciale de l’Ontario sur l’île Manitoulin l’automne dernier avait de nombreuses armes à feu et des engins explosifs artisanaux, selon un rapport de l’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario dévoilé vendredi.

Le 19 novembre 2020, Gary Brohman, 60 ans, est décédé dans un échange de coups de feu avec l’agent Marc Hovingh de la PPO. Le policier a aussi perdu la vie à la suite de cette fusillade.

Dans son rapport sur les événements, le directeur de l’UES, Joseph Martino, conclut qu’il n’y a aucun motif raisonnable de croire que l’agent Hovingh ait commis une infraction criminelle en lien avec la mort de M. Brohman.

L’UES dit que des agents de la Police provinciale avaient alors été appelés à se rendre à une propriété de Gore Bay, car le propriétaire des lieux avait rapporté qu’un homme, Gary Brohman, se trouvait à l’intérieur d’une roulotte et n’avait pas l’autorisation d’y être.

Dans son rapport, l’UES écrit que M. Brohman avait aménagé un chemin dans la forêt au moyen d’un bulldozer, et avait illégalement installé une roulotte, dans laquelle il vivait.

Sur place, les policiers ont aussi découvert une clairière servant à cultiver de la marijuana.

Les coups de feu ont été tirés dans la roulotte de M. Brohman vers 11 h, le 19 novembre 2020. Le constable Hovingh est entré dans la roulotte dans le but d’arrêter M. Brohman pour méfait, peut-on lire dans le rapport.

L’analyse judiciaire des lieux effectuée après l’incident a mené à la découverte de dizaines d’engins explosifs improvisés et de matériaux inflammables sur la propriété ainsi que de nombreuses armes à feu dans la roulotte de M. Brohman, ajoute le directeur de l'UES.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !