•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faute d’entente, les Albertains pourraient se priver de millions en fonds fédéraux

Un homme porte un costard. Il se tient devant un lutrin avec un micro. En arrière-plan on voit une illustration avec une montagne et un lac.

Selon le ministre du Travail de l'Alberta, Jason Copping, les négociations avec le gouvernement fédéral se poursuivent en vue du maintien des fonds.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Radio-Canada

L’Alberta pourrait bientôt perdre l’accès à plus de 150 millions de dollars consentis par le gouvernement fédéral pour financer la réorientation de carrière de ses habitants si le gouvernement de Jason Kenney n’arrive pas à s’entendre avec Ottawa d’ici la fin du mois de mars.

Selon l’entente accordant ces fonds à la province, 80 % des 185 millions de dollars offerts par Ottawa en novembre 2020 doivent avoir été dépensés d’ici au 31 mars, sans quoi l’Alberta devra s’en passer.

La province compte dépenser l’argent dans son nouveau programme Alberta Jobs Now, mais celui-ci n’a toujours pas été lancé par le ministre du Travail et de l’Immigration, Jason Copping.

Le gouvernement Kenney tente de négocier avec le fédéral depuis la fin de l’année 2020 afin d’obtenir plus de temps pour dépenser la somme reçue.

Le programme Alberta Jobs Now devrait coûter environ 200 millions de dollars et sera presque exclusivement financé par des fonds obtenus dans le cadre de l’Entente Canada-Alberta sur le développement de la main-d’œuvre.

Nous avons eu des discussions positives avec le gouvernement fédéral à propos de la flexibilité nécessaire pour utiliser les fonds de la meilleure façon possible, à temps pour la relance économique plutôt qu’au coeur d’une deuxième vague de COVID-19, a soutenu le ministre Copping lundi dernier.

Malgré tout, Emploi et Développement social Canada exige que la province consacre immédiatement les fonds reçus à la formation, à l’orientation et à d’autres programmes d’aide aux personnes sans emploi, explique sa porte-parole Marie-Ève Sigouin-Campeau par courriel.

L’opposition veut un programme, coûte que coûte

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Alberta demande au gouvernement Kenney de financer Alberta Jobs Now, qu’il ait ou non accès aux fonds fédéraux.

La chef du parti, Rachel Notley, croit que la province perdra cet argent puisqu’il semble impossible de lancer un programme, d’embaucher et de former du personnel, de recevoir les demandes et de distribuer l’argent en seulement quelques jours.

C’est simplement inacceptable de voir Jason Kenney en échapper une, alors que les Albertains ont besoin d’emplois maintenant, pas demain ni l’an prochain ni "peut-être", croit Mme Notley.

Le taux de chômage a atteint 11,4 % en 2020, en Alberta.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !