•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de jeunes hospitalisés en Saskatchewan en raison de variants

Vue aérienne de l'Hôpital général de Regina, en hiver.

La région de Regina compte 86 % de tous les cas de variants répertoriés dans la province. (archives)

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Alors que la Saskatchewan compte huit nouveaux décès liés à la COVID-19 vendredi, la situation dans l'ensemble de la province préoccupe de plus en plus les autorités sanitaires.

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) comptabilise de plus en plus de jeunes parmi les personnes touchées par le coronavirus.

Une observation partagée par la médecin en chef de la SHA, Susan Shaw.

Elle a remarqué une augmentation du nombre d’hospitalisations chez les gens de 19 à 49 ans alors qu’elle travaillait dans une unité de soins intensifs de Saskatoon la semaine dernière.

L'augmentation du nombre de patients de cette tranche d’âge se produit aussi aux soins intensifs.

De plus en plus de jeunes adultes à Saskatoon, mais particulièrement dans le sud de la province, commencent à contracter une forme sévère de la COVID-19, explique Susan Shaw. Soit qu’ils tombent rapidement malades ou bien les symptômes apparaissent plus tard puis ils nécessitent une hospitalisation.

Une situation qui peut s’expliquer par le fait que les personnes de ce groupe d'âge forment la population la plus active, augmentant ainsi le risque d’être exposé au virus.

Susan Shaw souligne également que c’est un signe que les variants sont beaucoup plus contagieux que le SRAS-CoV-2.

Elle ajoute qu’auparavant, les autorités sanitaires calculaient qu'un nouveau malade de la COVID-19 nécessiterait des soins hospitaliers huit à dix jours après avoir contracté la maladie.

La situation a radicalement changé avec l'arrivée des variants puisque maintenant certains doivent se faire hospitaliser quelques jours à peine après avoir reçu les résultats de leur test de dépistage.

Nous ferions mieux d’agir plus rapidement

Jeudi soir, la SHA a partagé des informations préoccupantes dans sa présentation hebdomadaire destinée aux professionnels de la santé.

La SHA dit que le système de santé de la province est à nouveau à risque d’une surcharge, et ce alors même que la propagation des variants se fait de plus en plus rapidement. Une situation qu’on commence également à voir dans les milieux ruraux.

L’ancienne médecin hygiéniste adjointe de la Saskatchewan, Anne Huang, estime que le gouvernement a agi trop tard dans le cas de Regina.

Elle espère maintenant que la même erreur ne se répétera pas pour les autres régions de la province.

Nous ferions mieux d’agir plus rapidement en imposant des restrictions plus sévères pour protéger le reste de la Saskatchewan, soutient Anne Huang. Il ne faut pas attendre que le nombre de cas augmente au point de surcharger le système de santé.

L’une des solutions que Mme Huang propose pour réduire la transmission communautaire est la stratégie de l’anneau de vaccination.

Il s’agirait alors de vacciner toutes les personnes concernées de près ou de loin par une éclosion afin de réduire les chances de propagation.

Aucun nouveau cas de variants n'a été déclaré vendredi par le gouvernement. Regina demeure l’épicentre de la crise avec 400 cas de variants, soit 86 % de l’ensemble de la Saskatchewan.

Avec les informations de Gregory Wilson et de Karolina Rozwadowzki

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !