•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cours de natation : Saguenay et Dolbeau-Mistassini plongent

La piscine du Centre Mario-Tremblay d'Alma

La Ville d'Alma a décidé de ne pas offrir de cours de natation pour l'instant par prudence.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Dans la foulée de certains assouplissements annoncés par Québec pour les activités sportives, les villes de Saguenay et Dolbeau-Mistassini offriront des cours de natation pour des groupes ne dépassant pas huit personnes.

Roberval, secouée par des éclosions de COVID-19, a fermé sa piscine au moins jusqu'au 6 avril. Même chose pour Alma, qui joue de prudence en n’offrant pas de cours de natation.

Ça fait beaucoup de frustration et de mécontentement d'avoir à arrêter une activité. Et c'est beaucoup d'ouvrage aussi au niveau des crédits de remboursement pour la Ville. On sait que le printemps n'est pas une grosse période de piscine : les gens vont plus dehors, faire du vélo. Puis on a un printemps hâtif. On a donc décidé d'augmenter les bains libres , relate David Comeau, coordonnateur des activités aquatiques et jeunesse à la Ville d’Alma.

Le nombre de baigneurs admissibles en même temps sera aussi accru, passant de 18 à 24.

Un homme sourit à genoux devant une piscine.

David Comeau est coordonnateur des activités aquatiques et jeunesse à la Ville d’Alma.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

À Saguenay, les cours de natation reprendront à partir du 10 avril pour les jeunes et à compter du 7 avril pour les adultes. Depuis le début de la pandémie, la Ville profite de chaque assouplissement annoncé par la santé publique nationale pour bonifier son offre.

Lorsqu'une activité culturelle ou sportive est permise, on s'assure de pouvoir l'offrir dans le but de donner des échappatoires à tout le monde, dont on a tous besoin en ce moment , observe le porte-parole Dominic Arseneau.

La conseillère en communications à la Ville de Dolbeau-Mistassini, Christine Sauvageau, confirme que les cours en piscine reprendront, entre autres activités dispensés par la municipalité.

Avec une session qui pourrait débuter le 12 avril. C'est le scénario que l'on retient pour l'instant , a-t-elle fait savoir.

La pénurie de sauveteurs aggravée par la pandémie

Le recrutement de sauveteurs était déjà un enjeu de taille partout au Québec avant la pandémie de COVID-19. La pénurie atteint maintenant son paroxysme. C’est pourquoi de nombreuses municipalités du Québec n’offriront pas d’activités aquatiques.

Nos sauveteurs, qui travaillaient peut-être 10 à 15 heures [par semaine] parce qu'ils combinaient leurs études et leur travail se sont fait dire, du jour au lendemain, qu'ils n'avaient plus d'heures de travail. Ils ont trouvé d’autres emplois , a résumé le directeur général de la Société de Sauvetage du Québec, Raynald Hawkins, qui craint que le pire soit à venir.

Il va même jusqu’à envisager la fermeture de piscines en raison du manque de main-d’œuvre.

Si j'ai moins d'enfants qui suivent des cours de natation, j'ai nécessairement moins de jeunes qui vont suivre des cours de sauvetage. Si j'ai moins de jeunes qui suivent des cours de sauvetage, je prétends qu'en 2023, on va fermer les piscines pour d'autres raisons que la COVID-19, entrevoit le directeur.

Les sports se mettent en marche

De nombreux clubs sportifs ont aussi repris leurs activités en respectant le ratio, dicté par Québec, d’un entraîneur pour huit participants. La distanciation physique doit être respectée en tout temps.

Vendredi, le nombre de personnes pouvant participer à une même activité sportive à l’extérieur a augmenté à 12.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !