•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La « French Connection » des Broncos de Swift Current

Les deux athlètes, portant le masque, posent devant un mur.

Avant d'être coéquipiers chez les Broncos, Raphael Pelletier et Devin Aubin ont croisé le fer dans les rangs bantam.

Photo : fournie par les Broncos de Swift Current

Cette saison, deux hockeyeurs des Broncos de Swift Current ont l’occasion de parler français aussitôt qu’ils en ont l’occasion. Raphael Pelletier et Devin Aubin utilisent une langue apprise au cours de leur enfance, d’abord grâce à leurs parents, ensuite à l'école.

Né à Saint-Albert, en Alberta, l’attaquant Raphael Pelletier, qui en est à sa deuxième saison avec les Broncos, était bien heureux lorsque Devin Aubin a rejoint la brigade défensive de l’équipe de la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL).

C’est le fun de parler français avec quelqu’un! Quand on a une deuxième langue, on doit l’utiliser. On se parle en français, lui et moi, quand on n’est pas avec le reste de nos coéquipiers, précise Raphael Pelletier, qui a fréquenté l’école française jusqu’en 9e année.

J’ai fait l’immersion française de la maternelle à la 9e année. Après, j’ai déménagé à Grande Prairie pour le hockey et il n’y avait personne qui parlait français. Je pouvais juste le parler avec ma famille. Icitte, ça fait du bien de parler avec Raphael, raconte Devin Aubin, dont la famille paternelle est originaire de France, tandis que la famille maternelle vient du Québec.

Le porteur du disque tente de conserver le disque. Il a deux rivaux à ses trousses.

Sur cette séquence, les deux francophones des Broncos tentent d'enlever la rondelle à un joueur des Raiders de Prince Albert.

Photo : Keith Hershmiller Photography

Les deux hockeyeurs se connaissent depuis quelques années, puisqu’ils ont croisé le fer à quelques occasions, notamment dans les rangs bantam, lorsque Raphael Pelletier tentait de marquer des buts pour Fort Saskatchewan, avec Jacob Boucher, et que Devin Aubin cherchait à l’en empêcher.

À notre premier camp avec les Broncos [en 2019], on s’est rendu compte que nous parlions tous les deux français (rires). J’étais content, surtout que Devin est un très bon gars.

Du plaisir dans la bulle

En raison de la pandémie de COVID-19, les deux Franco-Albertains n’ont pas eu la chance de jouer un vrai match pendant plus d’un an. Quand ils ont été mis au courant du projet d’une bulle à Regina regroupant les cinq équipes de la Saskatchewan et les deux formations du Manitoba, ils étaient fébriles.

Ils ont toutefois dû être patients, puisque le protocole de la WHL exigeait une quarantaine de 14 jours à la maison avant de se rendre dans la capitale saskatchewanaise. Une fois à Regina, ils ont dû refaire une quarantaine de sept jours et obtenir deux résultats négatifs à un test de dépistage de la COVID-19.

J’étais tellement soulagé de pouvoir enfin jouer. Quand on n’est pas à l’aréna, on reste seul dans notre dortoir et on a quelques activités d’équipe. C’est parfois long, mais on est tellement content d’être ici qu’on ne peut pas se plaindre, dit Raphael Pelletier, un joueur de centre qui vient de célébrer son 19e anniversaire.

Nos entraîneurs nous gardent bien occupés. On n’a pas trop le temps de s’ennuyer. On a beaucoup de plaisir. On fait l’école à distance et on en profite pour appeler nos parents dans nos temps libres, ajoute Devin Aubin, un défenseur gaucher qui a soufflé ses 18 bougies le 17 mars.

Raphael Pelletier au cercle des mises au jeu.

Après une première saison timide sur le plan offensif dans la WHL, la bulle réginoise sourit à Raphael Pelletier, qui retrouve sa touche offensive des beaux jours.

Photo : Keith Hershmiller Photography

Les Broncos de Swift Current poursuivent leur processus de reconstruction depuis leur triomphe éliminatoire au printemps 2018. Ils n’ont, pour l’instant, que deux victoires à leurs dix premiers matchs.

En attendant les succès collectifs, les deux coéquipiers se distinguent individuellement. Devin Aubin a marqué son premier but dans la WHL à sa troisième partie.

J’étais surpris, j’étais content. Je vais m’en rappeler encore longtemps. Je suis embarqué sur la patinoire. Un coéquipier m’a fait une passe à la ligne bleue [en territoire adverse] et j’ai tiré au filet. Après avoir marqué, j’étais un peu sous le choc!

Ce soir-là, les Broncos étaient privés de trois de leurs sept défenseurs, de sorte qu’ils en ont utilisé seulement quatre au lieu de six. Devin Aubin a donc passé une trentaine de minutes sur la patinoire.

J’étais tellement fatigué après le match. Mon corps avait mal. On a dû jouer un deuxième match à quatre défenseurs avant de revenir à six défenseurs.

Devin Aubin tient la rondelle de son premier but.

Le défenseur Devin Aubin avoue qu'il ne s'attendait pas à inscrire son premier but dans la WHL dès son troisième match.

Photo : tirée de Twitter/@SCBroncos

Raphael Pelletier a déjà égalisé son nombre de points de la dernière saison, où il s'était inscrit à la feuille de pointage à 6 occasions en 49 parties. Avec six points en sept matchs, la bulle réginoise lui sourit amplement.

J’ai beaucoup appris de ma première saison dans la WHL. Cette année, je ne voulais pas m’en faire avec les points. Ce n’est pas ma priorité, mais c’est certain que c’est toujours excitant de marquer un but.

Y aura-t-il des séries éliminatoires?

Étant donné que le territoire de la Ligue de hockey junior de l’Ouest est réparti dans les quatre provinces de l’Ouest canadien et dans deux États américains, les autorités du circuit n’ont toujours pas pris de décision quant à la possible tenue de séries éliminatoires de cette saison écourtée de 24 matchs.

Nul doute, les Franco-Albertains des Broncos aimeraient participer aux séries, mais ils n’en font pas une fixation.

On ne pense pas trop aux séries. On est juste contents de pouvoir jouer! S’il y a des séries, on va pouvoir en parler, mais sinon, on se concentre sur un match à la fois, affirme Devin Aubin.

Des propos proches de ceux de son coéquipier Raphael Pelletier : Pour l’instant, on ne sait pas ce qui va arriver. Ça peut changer n’importe quand. On veut juste jouer. J’espère qu’il va y en avoir.

Une quinzaine de hockeyeurs autour du filet de leur gardien à quelques instants du début de leur match.

Raphael Pelletier (15) et Devin Aubin (3), tous les deux à la droite de leur gardien, soutiennent que les Broncos forment une équipe unie, ce qui rend le séjour dans la bulle agréable.

Photo : Keith Hershmiller Photography

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !