•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Faculté de droit de l’Université Lakehead lance un institut dédié aux Autochtones

Un bâtiment en pierre au bout d'une allée avec des arbres.

La Faculté de droit Bora Laskin de l'Université Lakehead se situe à Thunder Bay. (Archives)

Photo : Avec l'autorisation de la faculté de droit Bora Laskin.

Radio-Canada

La Faculté de droit Bora Laskin de l'Université Lakehead, à Thunder Bay, accueillera prochainement un nouvel institut de droit et de justice autochtone.

Le nouvel institut se nomme Maamawi Bimosewag - They Walk Together Institute. Sa mission comprend la collaboration avec les communautés et les organisations autochtones, l'élaboration de programmes d'études et la préparation des étudiants en droit à travailler avec les Autochtones après l'obtention de leur diplôme.

Cette initiative découle à la fois du mandat de la Faculté de droit et des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, selon la Dre Jula Hughes, doyenne de la Faculté de droit Bora Laskin de l’Université Lakehead.

La Commission a lancé un appel à l'action, qui parle de s'inspirer de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones pour à financer la création d'instituts de droit autochtones, explique la Dre Hughes.

Le Programme juridique de partenariats et d’innovation du gouvernement fédéral investit jusqu'à 437 000 $ dans l'institut, pour agir dans trois domaines :

  • Établir et maintenir des relations avec les organisations et les communautés autochtones pour renforcer les capacités en vue de la revitalisation du droit anichinabé et métis.
  • Se concentrer sur l'apprentissage du droit foncier, y compris la création d'un camp juridique qui pour engager la communauté et les professeurs dans le droit foncier autochtone.
  • La recherche, y compris la formation des étudiants à interviewer les aînés et les gardiens du savoir des communautés, à enquêter sur l'histoire des traités, à organiser des ateliers communautaires et à documenter le droit et les principes juridiques anichinabé et métis.

La Dre Hughes affirme que l'institut devait normalement être pleinement opérationnel l'année dernière, mais que la COVID-19 a retardé les choses.

Selon elle, le droit autochtone au Canada est de plus en plus appliqué dans un contexte d'autonomie gouvernementale.

Les étudiants doivent donc acquérir des compétences dans tous les domaines, depuis les revendications territoriales modernes jusqu'aux accords juridictionnels, en passant par les accords sur les répercussions et les avantages, dans le contexte de l'extraction des ressources , a-t-elle ajouté.

La professeure de droit Nancy Sandy a été nommée directrice de l'institut. Les consultations avec les organisations autochtones commenceront sous peu.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !